Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ECRITURE CREATIVE - MEDITATION PLEINE CONSCIENCE

S'asseoir en pleine conscience TNH

 

Nous passons de longs moments de notre vie assis, à patienter.

Par une simple attention portée à notre posture et à notre respiration, nous pouvons transformer ces moments d'attente en un éveil riche de sens.

Grâce aux bases de la méditation en pleine conscience, Thich Nhat Hanh propose d'améliorer notre qualité d'être, au quotidien :

 

" Quand vous vous asseyez, la première chose à faire est de prendre conscience de votre respiration.

  C'est la première étape de l'attention à soi. [...]

Chaque inspiration peut apporter de la joie ; chaque expiration peut apporter calme et détente.

C'est une raison suffisante pour s'asseoir. Nous n'avons pas besoin de vouloir devenir plus intelligent ou nous éveiller pour nous asseoir.

Nous pouvons nous asseoir simplement pour apprécier l'assise et la respiration. "

Et si vous aussi vous appreniez à vous asseoir en pleine conscience ?

 

 

 

Grâce aux enseignements du maître zen Tich Naht Han, nous pouvons apprendre comment transformer les moments assis en un éveil riche de sens. Cette posture assise calme le corps et l'esprit

 

 

 

 

OBSERVATION DE L’ASSISE

Nombreux sont ceux qui passent beaucoup de temps, trop de temps à rester assis.

Nous sommes assis devant l’ordinateur et nous sommes assis en voiture.

S’asseoir  signifie s’asseoir de telle sorte que vous savouriez l’assise. C’est s’asseoir dans la détente, l’esprit éveillé, calme et clair. 

 

 

LA PAIX EST CONTAGIEUSE

 L’énergie de pleine conscience peut vous aider à embellir tout vôtre être.

Portez simplement votre attention à votre respiration.

Laissez-la être telle qu’elle est et vous verrez que, d’elle- même, elle deviendra naturellement plus calme, plus profonde et plus harmonieuse.

Tel est le pouvoir de la reconnaissance simple

. Dès que votre souffle sera plus profond et plus paisible, il aura une influence sur votre corps et votre esprit.

La paix et le calme sont contagieux.

 

 

UN BATEAU SUR L’OCÉAN

 Imaginez un bateau avec beaucoup de personnes à bord, qui en traversant l’océan se trouvent piégées dans une tempête.

Si certaines se mettent à paniquer et à agir de façon inconsidérée, elles mettront tout le monde en danger.

Mais la conscience d’une seule personne paisible peut inspirer les autres à garder leur calme.

Elle peut sauver le bateau tout entier.

C’est le pouvoir de la non-action. La qualité de l’être est le fondement de toute action juste

Quand nous examinons nos actes et ceux de notre entourage, nous pouvons voir la qualité de l’être qui les accomplit.

 

NE RIEN FAIRE

Pensez aux arbres qui forment une forêt : ils ne parlent pas, mais chacun d’eux ressent la conscience de ses congénères.

Quand vous les regardez, vous pouvez croire qu’ils ne font rien, mais en réalité ils poussent et fournissent de l’air pur aux êtres vivants, pour que ceux-ci puissent respirer.

Plutôt que de présenter la méditation assise comme une pratique de concentration, de regard profond et de réalisation, je préfère la décrire comme le plaisir de ne rien faire.

S’asseoir, c’est avant tout se délecter du plaisir de s’asseoir, d’être pleinement vivant et en contact avec les merveilles de notre corps qui fonctionne, avec les merveilles autour de nous : l’air frais, la voix des personnes près de nous, les chants des oiseaux, les couleurs du ciel toujours changeantes…

 

LA MÉDITATION

Vous n’avez pas besoin de vous asseoir pour méditer.

Chaque fois que vous regardez en profondeur (que vous marchiez, coupiez les légumes, vous brossiez les dents ou vous rendiez aux toilettes), vous pouvez méditer.

Pour regarder profondément, vous devez prendre le temps de tout arrêter et de voir ce qui est là.

Avec la pleine conscience de la concentration, vous pouvez diriger votre attention vers ce qui est là et regarder en profondeur. Vous pouvez commencer à voir la nature véritable de ce qui se trouve devant vous

Il peut s’agir d’un nuage, d’un caillou ou d’un être humain, il peut s’agir de notre colère, ou encore de notre corps et de sa nature impermanente.

Chaque fois que nous nous arrêtons vraiment et que nous regardons en profondeur, nous parvenons à une meilleure compréhension de la nature véritable de ce qui est là en nous et autour de nous.

 

NE RESTE PAS LÀ À FAIRE QUELQUE CHOSE, ASSIEDS-TOI

Quand quelqu’un vous dit : « Ne reste pas assis là sans rien faire, fais quelque chose », il vous pousse à l’action.

Mais si la qualité de votre être est médiocre (s’il n’y a pas assez de paix, de compréhension et de compassion en vous, si vous avez encore beaucoup de colère et de soucis), alors vos actes seront médiocres également.

Vos actions devraient se fonder sur une qualité élevée de votre être.

Être, c’est ne pas agir ; la qualité de l’action dépend donc de la qualité de la non-action.

La non-action, c’est déjà quelque chose. Il y a des personnes qui semblent ne pas faire grand-chose, mais dont la présence est cruciale au bien-être du monde.

Peut-être connaissez-vous de telles personnes : elles sont stables, n’ont pas un emploi du temps surchargé, ne gagnent pas beaucoup d’argent et ne sont pas engagées dans de nombreux projets, mais elles sont très importantes à vos yeux car la qualité de leur présence les rend vraiment disponibles.

Elles contribuent à la non-action par la belle qualité de leur être. Être dans l’ici et le maintenant, solide et pleinement vivant, est une contribution très positive à notre société.

 

LA JOIE DE LA MÉDITATION

Si vous demandez à un enfant : « Pourquoi manges-tu du chocolat ? », celui-ci vous répondra sûrement : « Parce que j’aime ça ». Il n’y a aucun but derrière sa délectation de chocolat. Imaginez que vous gravissiez une colline et que vous vous teniez à son sommet pour regarder le paysage.

Peut-être vous sentirez-vous bien, là-haut sur la colline.

Aucune raison ne vous pousse à y être. Asseyez-vous pour vous asseoir.

Soyez debout pour être debout. Il n’y a aucun but, aucun objectif à atteindre. Faites le parce que cela vous rend heureux.

 

UNE CÉLÉBRATION 

Si vous inspirez et expirez en pleine conscience, vous avez déjà la vision profonde

. Tout le monde respire, mais tout le monde n’est pas conscient qu’il respire.

Quand vous inspirez en pleine conscience, vous vous rendez compte que vous êtes en vie.

Si vous n’étiez pas en vie, vous ne seriez pas en train d’inspirer.

Être en vie est le plus grand de tous les miracles, et vous pouvez vous en réjouir. Quand vous inspirez ainsi, votre souffle devient une célébration de la vie.

OÙ QUE VOUS SOYEZ, PRATIQUEZ

Disposer d’un lieu paisible où s’asseoir, à la maison ou au travail, est vraiment merveilleux.

Mais vous pouvez pratiquer l’assise en pleine conscience où que vous soyez.

Si vous prenez le train ou le bus pour vous rendre au travail, voilà deux endroits parfaits pour pratiquer l’assise.

Plutôt que de penser à vos projets, à vos collègues où à votre liste de tâches, vous pouvez apprécier la pratique de l’inspiration et de l’expiration pour relâcher les tensions de votre corps et offrir à votre esprit une pause dans le flot de vos pensées.

Vous pouvez transformer le bus ou le train en salle de méditation. Faites bon usage de votre temps, où que vous soyez, pour vous nourrir et vous guérir.

UN COIN DE RESPIRATION

Chaque fois que vous vous asseyez, que ce soit au travail, au pied d’un arbre ou sur un coussin de méditation à la maison, savourez cette assise.

Ce faisant, vous ne considèrerez pas l’assise comme une pratique difficile. Elle est très agréable. Réservez une pièce, un petit coin ou juste un coussin que vous utiliserez uniquement pour vous asseoir.

Quand vous arriverez en ce lieu, vous ressentirez immédiatement cette sensation de joie et de détente de l’assise. Que vous vous asseyiez seul ou en compagnie de quelques amis, vous pourrez offrir votre présence authentique et véritable.

 

 LES CADEAUX DE LA PRATIQUE

L’assise et la respiration consciente apportent quatre éléments importants dans notre vie : la paix, la clarté, la compassion et le courage.

Quand nous avons l’esprit paisible et clair, cela nous inspire à avoir plus de compassion. La compassion apporte le courage et le courage engendre le bonheur véritable.

Quand vous avez une grande compassion en vous, vous êtes capable d’agir courageusement.

Vous avez assez de courage pour regarder profondément vos vieilles habitudes, pour reconnaître vos peurs et pour prendre des décisions qui peuvent couper court à l’avidité et à la colère.

Si vous n’avez pas assez de compassion pour vous-même et pour les autres, vous n’aurez pas le courage de rompre les liens avec les afflictions qui vous font souffrir.

 

 

Quand notre inspiration et notre expiration deviennent paisibles et agréables, notre corps commence à en recevoir les fruits. Beaucoup de personnes oublient, dans leur quotidien, qu’elles ont un corps.

Notre corps renferme souvent du stress, des douleurs et de la souffrance.

Parfois, nous ignorons notre corps jusqu’à ce que les douleurs deviennent trop importantes.

Si nous respirons paisiblement, la paix de notre souffle se diffusera dans le corps

. En nous asseyant et en respirant en pleine conscience, nous ramenons l’esprit au corps et nous commençons à reconnaître sa présence ainsi qu’à relâcher les tensions qui s’y sont accumulées.

S’ASSEOIR EST UNE PRATIQUE ET UN LUXE

S’asseoir est une pratique.

D’habitude, nous nous asseyons pour travailler sur l’ordinateur, pour assister à des réunions ou pour rêvasser devant un écran.

Nous devons à présent pratiquer l’assise simplement pour être avec nous-même, sans distraction. A notre époque, dans notre civilisation, s’asseoir sans rien faire est considéré soit comme un luxe soit comme une perte de temps.

Mais l’assise peut procurer le calme et la joie les plus porteurs qui soient et nous pouvons tous nous offrir du temps pour nous

 

 

DÉTENTE

 Asseyez-vous de telle sorte que vous vous sentiez vraiment détendu.

Détendez tous les muscles de votre corps, y compris ceux du visage.

Le meilleur des moyens de détendre les muscles du visage est de sourire légèrement pendant l’inspiration et l’expiration.

Ne faites pas de gros efforts, ne luttez pas, ne vous battez pas contre vous-même quand vous êtes assis.

Lâchez prise de tout. Cela vous évitera d’avoir mal au dos, aux épaules ou à la tête.

Si vous pouvez trouver un coussin bien adapté à votre corps, vous pourrez rester assis longtemps sans être fatigué.

L’ESSENTIEL

L’essentiel est de s’entraîner à s’asseoir calmement et en pleine conscience.

Plus vous vous entraînez et plus vous pourrez atteindre les couches les plus profondes de vos pensées et de vos ressentis.

Vous vous dites peut-être : « Je m’ennuie ! », « C’est stupide ! » ou « J’ai autre chose à faire, maintenant ». Il se peut qu’il y ait des habitudes bien ancrées et de vieilles histoires qui créent ces pensées et ces sentiments.

Qu’est-ce qui vous empêche de vivre l’instant présent ? Continuez de respirer. Restez assis. Telle est la pratique.

UNE FLEUR ENTRE DEUX ROCHERS 

Quand vous vous asseyez seul dans le calme, vous offrez de la beauté autour de vous, même si personne ne le voit.

Quand une petite fleur apparaît dans une fissure entre deux rochers, c’est magnifique.

Il se peut que personne ne la voie jamais, mais ce n’est pas grave.

NOUS SOMMES UN COURANT

Même quand vous croyez être seul, vos ancêtres sont avec vous.

Vos parents, vos grands-parents et vos arrière grands-parents, que vous les connaissiez ou non, sont là, à l’intérieur de vous.

Prenez conscience de leur présence et invitez-les à respirer avec vous :

« Cher papa, voici mes poumons, et mes poumons sont aussi les tiens. Je sais que tu es dans chaque cellule de mon corps. »

En inspirant, vous pouvez dire : « Chère maman, je t’invite à inspirer et à expirer avec moi. » Dans toutes les cellules de votre corps, vos ancêtres sont présents.

Vous pouvez inviter tous vos ancêtres à savourer l’inspiration et l’expiration en votre compagnie.

Vous n’êtes pas un être isolé

. Vous êtes constitué d’ancêtres. Quand vous expirez calmement, tous vos ancêtres expirent calmement en vous.

Lorsqu’ils étaient en vie, peut-être n’ont-ils pas eu la chance de s’asseoir en pleine conscience et de respirer paisiblement. Mais à présent, en vous, ils ont cette chance-là. Il n’y a pas de soi séparé.

Nous sommes un courant. Nous sommes une rivière.

Nous sommes une continuation.

 

 

RÉSISTER A LA TEMPÊTE DES ÉMOTIONS FORTES

 

Une émotion forte est comme une tempête et elle peut créer beaucoup de dégâts.

Nous avons besoin d’apprendre à nous protéger et à créer un environnement sûr, dans lequel nous pourrons résister à la tempête. Notre pratique est de maintenir notre corps et notre esprit en sécurité lors d’une tempête.

Après chaque tempête, nous devenons plus forts, plus solides, et nous avons moins peur.

Nous pouvons apprendre à prendre soin des sensations douloureuses et des émotions fortes qui émergent des profondeurs de notre conscience. Nous sommes plus que nos émotions.

Nous pouvons reconnaître ce qui est là : « En inspirant, je sais qu’il ne s’agit que d’une émotion. Je ne suis pas que des émotions. Je suis plus que des émotions. »

C’est une vision profonde fondamentale.

Les émotions se manifesteront, resteront en surface pendant un certain temps, puis s’en iront

. Pourquoi mourir à cause d’une seule émotion ? Après quelques minutes de pratique, la tempête se calmera et vous pourrez voir avec quelle facilité vous y avez survécu.

Commencez à pratiquer avant le début de la tempête, sinon il se peut que vous oubliiez de pratiquer lorsqu’elle surviendra, et vous risqueriez de vous laisser emporter par elle.

Voilà pourquoi il est important d’avoir une pratique quotidienne.

Cet article nous donne quelques extraits du livre de Thich Nhat Hanh : " S"asseoir " 

 

Les commentaires sont là pour recueillir et partager vos sensations, questions, réflexions et idées.....

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Merci chère Pascale pour ces mots de réconfort. Si je n’entends plus ta voix pendant nos séances je garde son souvenir aimant et apaisant. Prends bien soin de toi. Et merci à notre sage Thay.
Répondre
M
Très bel article, merci de ce partage d'une lecture contribuant à l'éveille de soi
Répondre