Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ECRITURE CREATIVE - MEDITATION PLEINE CONSCIENCE

Rêve d’abondance

 

À l’heure où nos sorties sont encadrées, limitées à quelques lignes sur une attestation, nos libertés et privilèges  semblent être devenus pour certains d'entre nous un luxe superflu, bien loin derrière l’impérieuse nécessité sanitaire.
Voici un texte de Guy Corneau .....

Rêve d’abondance 

Guy Corneau, né le 13 janvier 1951 à Chicoutimi, et mort le 5 janvier 2017 à Montréal à l'âge de 65 ans, est un analyste jungien et écrivain canadien.

 

Guy Corneau sur Babelio ICI
 

 " Chaque jour, je fais une courte méditation où je reconnais l’abondance de lumière naturelle dans mon univers.
Je savoure aussi l’abondance d’air. Je salue l’abondance d’eau. Je constate qu’au niveau de mes besoins vitaux, la survie est plus qu’assurée.
J’honore aussi l’abondance de nourriture, d’abri, d’amitié, de relations, de biens culturels et de liberté.
Ainsi, je prends conscience que ma vie est déjà remplie d’une abondance que je peux déguster à satiété. Cette prise de conscience me détend, car je me rends compte que ma vie est plutôt pleine alors que je la croyais vide.
Cela m’aide à entrevoir mon sort différemment.

Lorsqu’un être ne prend pas conscience de l’abondance qui occupe déjà sa vie, il risque de demeurer dans la position d’une victime qui demande toujours plus. De même, dans un monde où la richesse est très inégalement répartie et où nous faisons partie des 5% de ceux qui possèdent, il ne pourra y avoir redistribution des richesses que si nous arrivons à détendre nos insécurités matérielles.
Lorsque nous entrevoyons notre véritable abondance, nous acceptons de partager plus facilement.

Savoir pourquoi on veut plus.

Serait-il alors injuste de vouloir plus d’argent et plus d’amour ? Non, il est normal de vouloir améliorer son sort. Mais cela est plus intéressant si l’on sait pourquoi on veut avoir plus.

 

 

 

Par exemple, je peux souhaiter être propriétaire d’une grande maison. Toutefois, pourquoi est-ce que je désire une telle résidence ?

S’agit-il de réparer une blessure d’enfance ou de mieux paraître socialement ?
Si c’est le cas, elle risque de ne pas apporter le bonheur entrevu car elle
servira principalement à me sécuriser en améliorant mon image.

 

Par contre, si je me mets en relation avec l’essence de ma personne, celle qui est liée à l’expression de mes goûts et de mes talents, je peux alors imaginer que ma grande demeure puisse servir mon épanouissement et celui des autres.

Elle peut me permettre d’exercer mes dons d’accueil.

 

 

Elle peut être un refuge pour écrire dans la nature ou encore pour faire de grandes fêtes poétiques où chacun exprime sa fantaisie.

Elle peut aussi devenir un abri pour une famille nombreuse ou un refuge pour des sans-abris.

 

C’est ainsi qu’un rêve matérialiste se teinte d’une essence expressive et s’ouvre vers l’utilité sociale, car l’abondance est déjà en chacun.

Chacun a un talent qu’il veut exercer pour servir et harmoniser le monde.

Dans une telle perspective, le souhait matériel ou amoureux devient un environnement favorisant une expression personnelle et essentielle.

 

Il en est de même du côté de l’amour.

Qu’est-ce qui vous semble difficile dans votre vie en solo au point de vouloir la changer ?

Désirez-vous une relation uniquement pour vous sécuriser ?

Qu’est-ce qu’une nouvelle relation apporterait de plus dans votre vie ?

S’agit-il d’un projet familial, social ou spirituel ?

Contribuerait-il à l’expression de ce que vous êtes profondément ?

Comment le fait d’être à deux favoriserait-il votre libération intérieure ?

Il est important de se poser ces questions car, si vous regardez autour de vous ou dans vos relations antérieures, il n’est pas du tout assuré que les relations amoureuses servent à libérer les personnes de leurs conditionnements psychologiques.


Bien au contraire, elles créent souvent de nouveaux attachements et de nouveaux enchaînements.

Il s’agit donc de rêver juste, de rêver en fonction de son essence profonde et d’une façon qui est ouverte aux autres.


Finalement, avant de demander, il faut offrir.


Il faut offrir sa présence amoureuse au monde, sa présence abondante.


Dans cet acte d’offrande, on se met déjà sur la fréquence de l’amour et de l’abondance, alors, on risque de les attirer plus facilement.

Si on en a encore besoin, bien entendu ! "

 

 

Texte de Guy Corneau.  Psychanalyste et auteur.

Article sur La gratitude ICI

Si vous souhaitez ajouter une idée, un commentaire, un avis.... la rubrique " COMMENTER " est pour vous !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jacques LALOY 12/03/2021 17:34

SE SENTIR LE MOINS MAL POSSIBLE Procède t'il de mécanismes comparables à ceux qui président les énergies que nous investissons dans la CULTURE INTENSIVE DE NOTRE BONHEUR ?

Pour moi, se donner les moyens de la propriété est en quelque sorte une bonne façon d'offrir à soi même et à nos proches un capital de liberté et de sécurité. La primo accession prend en outre d'autant plus de valeur qu'elle résulte d'efforts laborieusement accumulés et partagés dans le cadre de la plénitude de l'accomplissement du grand voyage de l'amour et de la formation d'une famille épanouie; car la propriété acquise sans effort ni enthousiasme ou résultant d'un héritage impersonnel, voire d'une trahison, n'aura jamais la saveur de l'histoire de sa construction pierre par pierre et des efforts des maçons qui ont soigneusement façonné l'édifice.
L'eau qui s'écoule en abondance d'un robinet est indispensable pour notre survie, mais elle n'a pas, en plus, le goût ni la fraicheur du bonheur d'atteindre la source claire au bout d'une longue marche sur un chemin de montagne!

Alors oui, je rejoins Cornaud et estime avoir la gigantesque chance d'être parmi les 5 % de ceux qui possèdent!
Tout dépend cependant du sens que l'on veut bien donner au mot "posséder". Car si la propriété immobilière peut être, nous l'avons vu, un activateur de bonheur, elle ne sera "possession de bonheur" qu'à travers l'état d'âme de ses propriétaires.
Ne perdons pas de vue les aspects subjectifs de nos notions de richesse.
Heureux aussi celui qui ne possède rien, rien que le chant du torrent de montagne, des vagues sur les rochers du rivage, des oiseaux qui piaillent joyeusement au printemps, des musiques merveilleuses que lui offre la nature, mais qu'il lui faut vouloir écouter.
Heureux aussi celui qui ne possède rien, rien que la fraicheur de la rosée du matin sous ses pieds nus, de la boule de glace au cassis que m'avait tendu mon grand père adoré, rien que la chaleur d'un premier baiser d'amour dérobé à celle ou celui qui accompagnera votre amour, du sourire fugitif de celle ou celui que vous croisez au milieu d'une foule arrogante.
Heureux aussi celui qui ne possède rien, rien que l'odeur des poireaux qui mijotent sur un poêle lors d'une soirée d'hiver, des barbes à papa après le tour de manège avec tatie, rien que le le parfum subtil de la première rose sortie de "sa chambre verte" ou plus ténue du thym dans la garigue.

Le bonheur, c'est aussi tout çà et bien d'autres choses, mais sachons aussi reconnaître qu'il vaut mieux, EN PLUS, avoir la chance inouie de faire partie des 5 %!

Pascale 12/03/2021 18:10

Nous sommes tous d'accord !!
Tout est est question de prise de conscience !
Corneau nous dit bien ceci :

" Lorsqu’un être ne prend pas conscience de l’abondance qui occupe déjà sa vie, il risque de demeurer dans la position d’une victime qui demande toujours plus.
De même, dans un monde où la richesse est très inégalement répartie et où nous faisons partie des 5% de ceux qui possèdent, il ne pourra y avoir redistribution des richesses que si nous arrivons à détendre nos insécurités matérielles.
Lorsque nous entrevoyons notre véritable abondance, nous acceptons de partager plus facilement.


Serait-il alors injuste de vouloir plus d’argent et plus d’amour ?

Non, il est normal de vouloir améliorer son sort. »
Amitiés, Pascale.

missfujii. 07/03/2021 20:51

C'est marrant j'ai justement écouté aujourd'hui une vidéo de méditation de Guy Cornaud

Pascale 08/03/2021 11:08

Nous avons tous besoin de méditation !
Pour ma part il m'est arrivé de conseiller l'écoute et la pratique de " dialogue avec mes cellules " . Je ne sais pas si tu connais, c'est une merveille pour les malades ... et pour nous tous !
Pascale

Maryvonne 03/03/2021 17:38

Merci Pascale pour ce texte.
Il est vrai que prendre conscience de ce que l'on possède ou de ce à quoi on a accès permet de moins ressentir le manque.
Malgré tout le manque est aussi le moteur du désir qui ouvre à la connaissance et donc à l'autre.
Le jour où j'ai compris que un petit bonheur + un petit bonheur + un petit bonheur +... =le Bonheur; la vie est devenue beaucoup plus simple et plus belle.

Pascale 03/03/2021 17:48

Moment après moment, instant après instant, respiration après respiration......
Amitiés,
P.

Christian 03/03/2021 11:18

Merci pour ce bel article qui nous remet en phase !
Je connais Corneau pour ses livres et notamment «  la femme dans les contes de fées «  Très bel auteur parti à 65 ans.
Chacun devrait prendre la mesure du message de ce texte. Merci pour tes encouragements au bonheur !