Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ECRITURE CREATIVE - MEDITATION PLEINE CONSCIENCE

N° 23 L'acceptation

L’acceptation est le sixième pilier de la pleine conscience

Les piliers de la pleine conscience ICI.

 

L’acceptation est l’attitude qui permet d’accueillir ce qui est, d’entrer dans une lucidité consciente  sur ce qui s'offre à nous, dans l'instant présent.

La lucidité consciente ICI

 Nous avons  tendance à vouloir  trouver des solutions rapidement, même aux choses que nous ne pouvons pas changer.

L’acceptation consiste donc à faire une pause, un bilan de la situation, à reconnaître ses forces et ses limites et apprendre à vivre avec ce que nous ne pouvons pas changer.

La crise de calme ICI

 Le contraire de l’acceptation est le refus, le rejet, la colère.

 

 

" Ne demande pas que ce qui arrive arrive comme tu veux mais que les choses arrivent comme elles arrivent, et tu seras heureux  " .Épictète

 

Epitecte

Épictète (50-135 après J-C) fait la distinction entre les événements tels qu’ils surviennent et l’opinion qu’on en a et invite  à accepter les choses telles qu’elles sont, en particulier  celles qui ne dépendent pas de nous.

 

Il sous-entend que l’ordre règne dans le monde, et que la souffrance vient précisément du fait que nous ne reconnaissons pas cet ordre.

 

Accepter les choses telles qu’elles sont, nous permet de poser un acte juste, avec une

attitude appropriée à la situation.

C'est ce qu'on appelle le " Lacher prise "

Il ne s’agit pas d’une attitude passive de soumission ou de résignation.

Bien au contraire, il s’agit d’une attitude dynamique, en accord avec nos valeurs.

C’est l’étape préliminaire à toute transformation, à toute guérison.

Celle-ci permet le développement de l’équanimité, et la compréhension profonde de la

nature de l’impermanence, du changement.

KRISHNAMURTI BABELIO ICI

 " Par exemple, si nous sommes pris dans la boue, on ne va pas se dire  :

« Ok je me résigne d’être pris dans la boue ».

La résignation n’a rien à voir avec le lâcher prise.

Cela ne veut pas dire accepter une situation indésirable ou se raconter des histoires à propos de la situation en se disant « ce n’est pas si mal d’être coincé dans la boue ».

Bien au contraire, nous prenons conscience que nous voulons en sortir, puis nous ramenons notre attention sur le moment présent, sans mettre d’étiquette mentale dessus, autrement dit, sans poser de jugements, afin qu’il n’y ait pas de négativité émotionnelle.

Ainsi, nous acceptons le moment tel qu’il est.

Puis dans un second temps, nous pouvons passer à l’action pour nous sortir de cette situation.

 C’est ce qu’appelle Eckhart Tollé une action positive, soit l’inverse d’une action négative qui est le fruit de la colère, du désespoir ou de la frustration.

Le lâcher prise est donc parfaitement compatible avec le passage à l’action et l’atteinte d’objectifs.

Quand il y a absence de résistance, la qualité de notre conscience et de tout ce que nous entreprenons est grandement augmentée. Les résultats viendront d’eux-mêmes et refléteront cette qualité. "

 

Eckart Tollé sur Babelio ICI

 

 

Accepter peut-être  très difficile lorsque l’expérience est désagréable :

accepter la douleur physique ou morale, accepter un deuil, la maladie, une situation critique, un virus destructeur ou un handicap.

La liste peut être longue.... et accepter fait partie d’un processus de guérison qui prend naturellement du temps.

Indépendamment des situations de vie difficiles, dans notre quotidien aussi nous avons régulièrement le reflexe de ne pas accepter une émotion, une sensation.

C'est alors comme si nous avions un caillou dans notre  chaussure qui  crée du stress, de la gène ou une douleur et nous empêche d'avancer.

Une fois que nous avons reconnu ce caillou dans notre chaussure, nous pouvons nous arrêter sur le bord de notre chemin, enlever le caillou et reprendre notre route avec sérénité !

 

Quelle que soit la difficulté, la première étape est d‘accepter l’émotion associée à l’évènement : accueillir la tristesse, le déni, la colère, l’inquiétude. Il s’agit d’accepter l’émotion car elle est là, que nous souhaitions sa présence ou pas.

Plus nous accueillerons cette émotion, cette douleur et plus le processus de guérison pourra se dérouler.

 

 

Tendre à l’acceptation aide à laisser disparaitre les pensées destructrices qui alimentent la souffrance. L’action est réorientée par l’estime  de soi retrouvé.

Nous pouvons apprendre la compassion pour nous mêmes, la tolérance et le non jugement de nos propres idées, émotions, ressentis.

 

 

 L’acceptation doit devenir une véritable pratique quotidienne.

C’est la clef pour cesser de nous blâmer, de nous dénigrer et de nous mésestimer.

À chaque fois que nous pratiquons la méditation en  pleine conscience, nous nous offrons du temps pour nous entrainer à l’acceptation inconditionnelle qui est à la base du véritable amour.

En pratiquant l’acceptation dans la méditation, nous portons notre attention sur  les endroits du corps où des douleurs se sont installées.

Nous pouvons alors  observer, sans les juger, les émotions  que cela suscite et le flot de pensées critiques qui surgissent  à ce sujet.

Et puis nous acceptons intentionnellement  la douleur, la gène ou le malaise ici et là, les émotions désagréables et les pensées critiques…

 Puis nous ramenons doucement notre attention à la simple observation attentive de cet endroit du corps, là où il y a de la douleur, ou de la gène comme pour l’écouter, l'observer et pour l’accueillir, sans juger, ni gérer, ni quantifier. Juste laissez venir , faire l'expérience, observer cette manifestation dans le champs de notre conscience.

En constatant son existence au lieu de la fuir ou de la rejeter, en lui faisant face avec bienveillance, en la reconnaissant, nous lui donnons de l’espace. Un espace dans lequel elle peut, instant après instant, inspiration après expiration, se dissoudre.

Nous pouvons ainsi laisser se diluer nos tensions dans ce nouvel espace.

Au début nos sensations, nos émotions et nos pensées parasiteront peut être la pratique.

Et puis, au fil du temps, dès que nous accepterons inconditionnellement la présence de ce qui est là, nous constaterons que la douleur diminue, qu’elle se transforme et disparaît… puis réapparait avant de disparaître à nouveau…

 Nous sommes alors présents  à nos sensations et l' expérience est totalement modifiée.

Nous ne cherchons plus à saisir, à rejeter ou à modifier ce qui est là, juste à l’accepter pleinement, à en faire la pleine expérience dans ce moment.

Nous ne nous identifions plus à notre douleur ou à notre gène.

Cette acceptation sera comme un acte d’attention et d’amour inconditionnel envers nous-même.

Notre bavardage  intérieur perdra de son influence et votre corps de souffrance  s'amenuisera et finira par disparaitre.

Sans cette douleur physique ou morale, nous retrouverons notre liberté.

Nous pouvons mettre fin au conflit, à la lutte qui nous épuise et qui ajoute de la souffrance à notre douleur.

 

Comme le montre les recherches scientifiques, la perception de la  douleur diminuera au point, parfois, de complètement disparaitre pour un temps ou pour longtemps. Notre seuil de résistance à la douleur augmente en même temps que notre capacité à identifier ce corps de souffrance.

Nous aurons alors découvert la puissance de l’acceptation des choses telles qu’elles sont et non telles que nous voudrions qu’elles soient.

Si vous le souhaitez, vous pouvez laisser vos commentaires ou questions dans la rubrique "COMMENTER "

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nicole 06/02/2021 15:24

Merci Pascale.

Christian 22/01/2021 14:52

Merci pour cet article enrichissant.
Comme c’ est difficile d’accepter tous ces événements !
Mais en acceptant nos émotions nous transcendons la souffrance. La souffrance et les émotions n’aiment pas être observés et ils fuient sous notre regard.
Peu à peu arrive la sagesse....
C’est ce que je souhaite à l’humanité.
Merci encore pour cette « leçon « et pour nous donner les outils et non les armes pour nous sortir de la.

missfujii 20/01/2021 20:26

Très bel article !! l'acceptation se met en place suite à un lâché prise plus ou moins long en fonction nos résistances. C'est là que tout se débloque et que les hasards heureux s'enchainent alors. Je l'ai vécu à plusieurs reprises.