Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ECRITURE CREATIVE - MEDITATION PLEINE CONSCIENCE

Proposition d'écriture N° 48 Haikus d'hiver

Les lendemains de Noel sont quelques fois un peu tristes : les décorations sont fanées, les enfants sont retournés à l'école, et il reste encore cette odeur de pain d'épices dans la maison qui s'est vidée ....

 

Pour palier à cette mélancolie hivernale, je vous propose de regarder l'hiver, cette merveille de la nature,  avec votre regard de poète, et de vous essayer, ou de revenir aux Haikus ( Petit rappel ICI )

 

Poèmes brefs d’origine japonaise, les haïkus diffusent une immense sagesse, nourrie de la tradition zen.

Ils sont là pour nous rappeler de prendre soin de ce et de ceux qui nous entourent, observer simplement la nature au fil des saisons, développer un sentiment de gratitude, savoir écouter sa peine, être consolé…

Certains aiment en écrire, d’autres en lire.

Parfois les envoyer ou les partager.

La règle est d’en respecter les pieds.

Quand on se prend à ce jeu là, le cerveau danse. 

 La poésie du Zen

 

Le haïku permet de contempler la beauté, de recentrer sa pensée sur l’essentiel afin de se libérer du stress de notre monde trépidant.

La poésie Haïku tente de saisir la beauté, la fugacité et le sens de l’instant. Chaque poème, bref et parfois mystérieux, peut ainsi devenir support de méditation.

Dans le haïku se déploie un espace de présence  qui entre en résonance avec celui que nous apprenons à cultiver dans la pratique de la méditation, forme de Méditation plus « dynamique » pour les intellectuels qui n’arrivent pas à " débrancher " facilement.

Parce que l’on est à fond dans le moment présent.

Il suffit simplement de s’asseoir, respirer, regarder la nature, exprimer en quelques mots le bien être qui s’installe en soi. Sa structure particulière (3 vers de 5-7-5 syllabes) exige du poète, non seulement la maîtrise de la forme mais la capacité de synthèse qui lui permet de cristalliser un vécu poétique bref mais profond.

 

 Matsuo Basho (1644 -1694), le patriarche des haïkus, le définit ainsi :

«Un haïku est simplement ce qui s’est passé dans ce lieu, à ce moment. L’évocation suggestive de ce qui ne se voit pas au premier regard, le pressentiment de la beauté.»

 

De par ses définitions, le haïku est la poésie du zen : refus du verbalisme, de l’intellectualisme, insolence, humour, liberté, amour de tout et de tous sont les caractéristiques de cette philosophie et des haïkus.

Saisir les instants précieux, s’ouvrir au réel, exprimer son monde intérieur, faire taire l’intellect, se détacher, vivre dans la simplicité, s’incliner devant la nature, accepter l’impermanence, atteindre l’équilibre, partager…

Autant de raisons d’écrire des haïkus.

Le haïku éduque le regard que nous portons sur ce qui nous entoure, nous rend sensible aux vertus d’accueil, de lucidité et d’amour.

Il nous éveille et nous montre une voie de sagesse.

Sans morale, sans discours, par sa simplicité, il nous enseigne un art de grandir et d’aimer. Un art de vivre.

Ecrire des haïkus nous permet d’exprimer toute la tendresse que nous éprouvons pour les choses simples, toute l’attention que nous portons aux êtres les plus humbles, des fleurs jusqu’aux insectes.

 

Il éveille l’innocence enfouie en nous.

 
Des puces, des poux
N’importe quel insecte
D’automne qui chante

 L’humour dans le haïku est toujours sans méchanceté. C’est un sourire esquissé.

Ainsi Bashô écrivait :

Dans ma hutte
Tout ce que j’ai à vous offrir
C’est que les moustiques sont petits

 

On ne se promène pas toujours avec un appareil photo et même dans ce cas, les images sont tellement fugitives qu’il est impossible de les fixer.

Le haïku permet de rendre cet instant magique ;

c’est une poésie de l’immédiat : la goutte d’eau de l’instant se change en goutte de cristal, c’est le temps cueilli comme l’explique Henri Brunel ( auteur de contes zen, professeur de Yoga )

 


 

 

Ici, en découvrant ces haïkus qui éveillent l’esprit et les sens, et en " voyageant " avec eux, il devient possible d’explorer des sensations de gratitude, d’espoir, ou d’étonnement… et toujours en lien avec cette nature vivante qui nous porte et nous inspire !

Ces « promenades haïkus » incitent à développer attention, sensualité et détachement dans sa vie quotidienne.

Sobre, bref, mais d’une rare intensité : Tout y est, à l’image d’une photographie, d’un instantané.

Un concentré d’émotions.

 Une poésie des sens et non des idées.

La grâce et le beau immortalisés en quelques vers, qui évoquent l’impermanence, la connexion de l’être humain et de la nature.

Écrire un haïku, c’est être pleinement là, à un niveau de conscience élevé.

Un pied de nez à la société actuelle, où « Être attentif », « Prendre le temps » devient un luxe stérile, faute de rentabilité.

Le ficus
Et moi
Dans l’open space”


— Igor Quézel-Perron —

Sans artifice littéraire (rime, métaphore, abstraction) ni élaboration des sentiments, le haïku est un puissant levier pour se délester de l’ego et s’offrir un moment de grande sérénité. 

 

Le philosophe français Michel Onfray s'est attaché à rédiger des haïkus pendant une année, avant de les rassembler dans un recueil .

 

 

 « Le haïku fixe le mouvement, nomme l'éphémère, montre l'à peine visible. Le haïku est l'ultime parole avant le silence », 

 

 

 

Quoi qu'il en soit, la démarche "haiku" est surtout basée sur l'attitude du méditant : observer les choses sans les juger, ni les apprécier.

Juste les laisser être, les laisser se manifester dans le champs de notre conscience, ici et maintenant.

Le haïku doit être ancré dans le monde physique, les saisons, l'environnement, les traditions, notre imaginaire.

Le haïku se publie, il n'est pas une poésie secrète.

Il ne faut pas craindre la critique positive, un haiku peut toujours être reconstruit sur la même image. 

A certaines occasions, les haïkus se composent dans des réunions allant de 3 à 100 personnes, les kukai.

Les membres se réunissent dans une pièce pour composer et soumettre leur haiku à l'évaluation du groupe.

Chacun présente ses poèmes sur une feuille, pour être réécrits par une autre main.

Les papiers circulent et les participants sélectionnent ce qu'ils considèrent comme le meilleur.

On rend le résultat public, on vote et on compte les points. Le haïku le plus estimé, ce n'est pas celui qui en a gagné le plus, mais celui que la maître a sélectionné.

 

C'est à cet exercice que je vous invite aujourd'hui.

Comme base pour votre inspiration je vous propose quelques images d'hiver numérotées, mais vous pouvez tout aussi bien choisir les vôtres !

 

Ces images doivent vous suggérer respectivement les trois vers d'un haiku (5, 7 et 5 syllabes) : 

 

 

IMAGE 1
IMAGE 2
IMAGE 3
IMAGE 4
IMAGE 5
IMAGE 6
IMAGE 7

 

IMAGE 8
IMAGE 9
IMAGE 10

 

Le silence zen n’est pas un vide, une absence.

 C’est une aventure, une porte qui s’ouvre sur l’infini.

Avons-nous conscience de notre vie, de nos liens avec l’univers ?

Ces choses ne s’apprennent que dans le silence et le haïku nous fait saisir cet échange et parfois même,

fugitivement, l’éblouissante clarté de l’absolu.

 

 
 
QUELQUES EXEMPLES

 

 

Trois chevreuils,
Têtes fières
Culs de neige bondissant


 

 Du bout de l’herbe
Aussitôt qu’elle tombe
La luciole s’envole

Bashô

Martin Beaupré, Artiste peintre

Cimes du nouvel an
Que j'ai beau regarder
Rien que neige sur neige

Muro Saisei


 

Martin Beaupré, Artiste peintre Clic sur l'image



Un aigle descend
Sur les plaines blanches
De l'année qui monte

Yamaguchi Sodo


 

Martin Beaupré



Dernier achat du nouvel an
L'instant
Où fleurit la lune


Wanatabe Suiha

 



Sitôt fêté le nouvel an
Au loin
Repartent les thoniers

Matsumoto Takashi


 



Premier de l'an
Devant les mêmes vagues blanches
Ces deux vieux époux



Katsura Nobuko

 



Soleil du premier de l'an
Si faible dehors
Sur les langes qui sèchent

Yamaguchi Seishi


 



Deux heures dit le printemps
Elles ont sonné
Dans l'auberge de l'île

Kawabata Bosha


 



Cette année encore
Le bon à rien que je suis
Dans sa hutte d'herbe

Issa


 



Lumineuse
Une année toute neuve
Sur la neige

Ito Shou


 



La lumière soudain
Et l'an neuf ruisselle
Sur le poème et sa stèle


Wada Dampo


 



Une année l'autre
Comme enfilées
Sur la même perche


Takahama Kyoshi

 

 

 

 

C'est à vous : 

Vous pouvez choisir une image parmi les 10 que je vous propose un peu plus haut ou composer votre haiku  librement .....

Prenez ce temps, observez, respirez,  dédiez, publiez, créez, soyez présent quelques instants,  partagez, acceptez.....

 

Pour ce, utilisez la rubrique " Commenter "......

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Maryvonne 07/02/2021 13:23

Brouillard insistant
Matins aux dégradés gris
Lumières rasantes

Mésanges virevoltent
Pinsons, moineaux, rouges-gorges
Oiseaux bienvenus

Doux matin d'hiver
Nuages aux couleurs feu
Lointain Sahara

MAD 31/01/2021 11:35

Je ne choisis pas une image en particulier mais comme c’est l’hiver et que les jours sont plus courts, je pense à la nuit:
L’ennui de la nuit
C’est qu’il y fait noir,
Et moi, j’ai peur du noir.

ANNICK 18/01/2021 09:52

Photo 3 Assis sur un banc-Echarpe rouge nouée-là un homme calme- photo 7 Bleue-blanche-brume-Brindilles qui s'échappent-sfumato d'hiver-photo 10 Soleil hivernal-corps blottis ramassés-chaleur retrouvée

Chantal 15/01/2021 09:25

Image 1
Géants mélèzes
Dans le ru se reflètent
Allons vers l’orée

Image 2
Boule de cristal
Papiers de soie ou cristaux
Dis-moi l’avenir

image 3
Sur le lac gelé
Les nouvelles sont-elles fraîches
De ton tabouret

Image 4
La neige épaisse
Sur le robinet fermé
A mis un chapeau

Image 5
Tu as l’air inquiet
Tes bois levés vers le ciel
Mais c’est moi qui fuis

Image 6
La brume humide
S’élève vers le ciel lourd
A l’air boréal

Image 7
Dénudé glacial
Mettrai-je le nez dehors
Dans ce brouillard blanc

Image 8
Une fleur est née
S’ouvre au faible soleil
Pied de nez d’hiver


Image 9
Ployées alourdies
Givrées dans le frais matin
S’offrent au soleil

Image 10
Au soleil naissant
Serrés attendons l’espoir
Et chaleur du jour

Christian 08/01/2021 15:02

Pascale,
Vous avez été et êtes une source constante et vive d'inspiration.

Je vis et j'écris un peu
En prose ou en vers
Et depuis peu des Haikus !

danielle 08/01/2021 12:01

tard tout la haut sur le toit --
mon frère plante des clous
dans la lune qui brille


Une passerelle de neige
le bruit de l'eau
sous la dentelle de glace.

Alexxx 06/01/2021 11:41

(Image n7)

Nature figée,
Très blanc est l'instant présent,
"Nostalgie "d'hiver

Alexxx 06/01/2021 11:44

(Image 7)

Nature figée,
Très blanc est l'instant présent,
" Nostalgie " d'hiver

christine 05/01/2021 20:05

Bravo pour cette belle proposition
et que vive la chaîne
de nos écrits entremêlés
Christine
photo 3

nouvelles d'aujourd'hui
voir le monde givré
le tabouret comme une île

Pascale 05/01/2021 21:05

Espérons que d'autres suivront !
Ce peut être une jolie expérience !

missfujii. 05/01/2021 18:05

L'hiver s'installe
matin neigeux et brumeux
et le ciel blanchit

Christine 05/01/2021 20:00

sur le modèle de ce que Pascale nous a proposé
je me permets de retravailler ton idée et je te propose...

déjeuner éblouie
matin neigeux et brumeux
café refroidi