Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ECRITURE CREATIVE - MEDITATION PLEINE CONSCIENCE

LE CENTIEME SINGE

Vous ne connaissez peut-être pas la théorie du 100 ème singe.... 

 

Cette théorie, explique que, pour qu'un changement intervienne dans la société, il suffit qu'un petit nombre d'adeptes aient une attitude différente de la majorité.

 

 

Le centième singe est une théorie contemporaine selon laquelle une technique se serait répandue depuis un petit groupe de singes à toute la population des singes de la même espèce, sans aucun apprentissage, après que les 99 premiers singes ont acquis cette technique par un processus d'apprentissage par imitation.

C'est une théorie scientifique exprimée par des chercheurs japonais qui ont observé pendant 30 ans une colonie de singes sur une île Japonaise.

Ils ont remarqué que pour que la colonie intègre un nouveau comportement, une nouvelle action il fallait atteindre un seuil critique qui correspondrait, grosso modo, au 100 ème singe.

C'est lui qui en adoptant le nouveau comportement ferait basculer l'ensemble de la communauté vers ce nouveau comportement...

 Et pour l'être humain qu'en est-il ?

Cette théorie devrait fonctionner aussi,  non ?

Nous aussi nous avons une conscience et nos cerveaux sont interactifs.

Alors on peut se demander quand l'humanité basculera dans la volonté de paix  et en finira avec son comportement grossier, vulgaire, cupide, violent qu'il nous donne à observer.

Qui sera le 100 ème singe de l'humanité qui fera basculer celle-ci dans une autre dimension ?

Nous peut-être....

 

Une histoire à propos du changement social

 

En 1952, sur l’ile de Koshima, des scientifiques nourrissaient les singes ( Les macaques Fuscata  )avec des patates douces crues en les jetant sur le sable. Les singes aimaient le goût des patates douces, mais trouvaient la présence de sable et de terre  déplaisante.

Une femelle âgée de 18 mois appelée Imo pensa quelle pouvait solutionner le problème en lavant les patates dans un ruisseau tout près.

Elle enseigna ce procédé à sa mère. Leurs compagnes de jeu apprirent aussi cette nouvelle façon de faire et l’enseignèrent aussi à leur mère.

 

 

 

Cette innovation culturelle fut graduellement adoptée par différents singes devant les yeux des scientifiques. Entre 1952 et 1958 tous les jeunes singes apprirent à laver les patates douces remplies de sable pour les rendre plus agréables au goût.

Seuls les singes adultes qui imitèrent leurs enfants apprirent cette amélioration sociale.

Les autres singes adultes conservèrent leur habitude de manger des patates douces sans les laver.

Alors quelque chose d’étonnant se produisit.

À l’automne de 1958, un certain nombre de singes de Koshima lavaient leurs patates douces – leur nombre exact demeure inconnu.

Supposons que lorsque le soleil se leva un matin, il y avait 99 singes sur l’île de Koshima qui avaient appris à laver leurs patates douces. Supposons encore qu’un peu plus tard ce-matin là, un centième singe apprit à laver les patates.

 

Alors la chose arriva !

Ce soir-là presque tous les singes de la tribu se mirent à laver les patates douces avant de les manger. L’énergie additionnelle de ce centième singe avait créé une sorte de percée scientifique !

Mais notez ceci :

La chose la plus surprenante observée par ces scientifiques fut le fait que l’habitude de laver les patates douces fit alors un saut au-dessus de la mer… pour rejoindre des colonies de singes habitant d’autres îles ainsi que la troupe de singes de Takasaki yama sur le continent qui commencèrent aussi à laver leurs patates douces. C’est ainsi que le macaque japonais a été surnommé le ” laveur de patates “.

Cela signifie que lorsqu¹un nombre critique d’individus réalise une prise de conscience, cette même prise de conscience se communique d’un esprit à un autre.

 

 

 

Bien que le nombre exact puisse varier, ce ” Phénomène du Centième Singe ” signifie qu¹il suffit qu’un nombre limité de gens intègre une nouvelle façon de faire pour que celle-ci devienne partie intégrante de la conscience de tous ces gens.

A un moment donné, si une seule personne de plus réalise cette prise de conscience et adopte un nouveau comportement, son champ d’action s’étend de telle sorte que cette prise de conscience se communique et est adoptée par presque tout le monde !

Ce texte a été tiré du livre “Le Centième Singe” 

 

 

« Un, c’est une exception, deux, c’est le début d’une série »

 

Nous aurions quelquefois tendance à oublier que nous et les animaux  appartenons à la même catégorie du Vivant, alors qu’elle a encore beaucoup à nous apprendre !

L’intelligence collective est, à sa source-même, le fruit de l’altérité et l’imitation  est son meilleur allié. Elle conduit au développement de comportements, d’habitudes qui favorisent à terme l’émergence d'une culture.

Pourtant l’imitation n’a pas bonne réputation. Elle nous renvoie à notre nature animalière et aux théories sur le conditionnement. A cela vient s ’ajouter un jugement de valeur : « Copier, c’est pas bien ! ». L’imitation est pourtant une capacité pleine d’humilité et de pragmatisme.

Elle est présente dès les premiers mois du développement de la personne et explique, sans doute, la vitesse d’acquisition de nos apprentissages... pour, ensuite, être souvent injustement critiquée comme un possible manque d’imagination.

Sur le plan collectif, l’imitation porte en elle un cercle vertueux du type « boule de neige » qui constitue un levier essentiel à la capacité d'apprendre.

 

 

Bernard Lévêque  Créo Syscodev

 

« Avec le temps, l’herbe devient du lait …» Proverbe Chinois

 

 

Cette histoire est exceptionnelle car elle relève deux points capitaux qui pourraient grandement changer notre avenir à court et moyen terme.

Pour qu’un changement soit possible, il ne suffit pas seulement  qu’une minorité adopte une attitude différente. Il ne s’agit pas au cours de cette expérience d’une domination exercée par un petit groupe, mais l’accession d’une somme d’individus à un niveau de conscience plus élevée.

C'est une donnée fondamentale.

Si le nombre de 100 a été retenu symboliquement, ce « Phénomène du centième singe » nous apprend que lorsqu’un nombre restreint trouve une nouvelle voie, celle-ci peut devenir partie intégrante de la conscience commune.

 À partir d’un seuil critique de personnes, cette prise de conscience s’étend inexorablement, en dépit des barrières ou obstacles dressés, elle finit par être adoptée par l’ensemble.

La leçon qui ressort de cette découverte comportementale chez nos cousins primates, c’est que la nécessité d’un changement s’impose lorsqu’un nombre suffisant de personnes prennent conscience de la valeur ajoutée dudit changement.


Cette enquête passionnante est le fruit d'années de travail pour son auteure Claire Bellay, docteur en médecine et diplômée de psychologie.

Nombre de penseurs évolutionnistes estiment que nous assistons à la fin d'une époque et au début d'une nouvelle ère, d'un nouveau paradigme s'accompagnant d'une nouvelle vision du monde en ce qui concerne ""la façon dont les choses sont"".

Claire Bellay se pose, dans cet ouvrage, des questions essentielles : qui sommes-nous ?

Sommes-nous notre corps ou quelque chose de plus essentiel ?

La conscience se limite-t-elle à la pensée ?

Existe-t-il une conscience universelle à laquelle nous relier ?

Quelle est la nature de la conscience ?

Se peut-il que la manière avec laquelle nous appréhendons la vie soit créatrice de nos succès et de nos échecs ?...

Si on considère les progrès faits dans la compréhension de la mécanique quantique, l'hologramme, la théorie des cordes, la résonnance morphogénétique, la théorie du chaos, les éventuelles univers parallèles, etc., l'auteure exprime l'idée que l'avenir de notre espèce dépend de l'évolution ou plutôt de la transformation de la conscience.

Plus il y aura d'individus au niveau de conscience élevé, reliée à d'autres dimensions et plus intuitive, plus les sociétés humaines se transformeront individuellement.

C'est cette transformation qui doit être notre but ?

Un livre érudit mais qui se lit très aisément, et apporte à chaque page des exemples passionnants sur nos capacités.

 

 

La conscience, la bienveillance, la solidarité, la citoyenneté, la gratitude et le calme mental relèvent d’une capacité que tout être humain peut développer dans sa vie.

Elle permet une évolution profonde de la relation que nous entretenons avec nos pensées et émotions.

Un apaisement, une aise apparaissent du simple fait de revenir, grâce au lâcher-prise d’instant en instant, à une présence dépourvue de cogitations.

 

Nous apprenons progressivement à nous émanciper de nos états intérieurs et des circonstances extérieures. Grâce à cette stabilité, moins de souffrances sont éprouvées dans notre vie.
 

Ces pratiques permettent en effet de se reconnecter à notre cœur et à notre nature profonde, porteuse du bonheur que nous cherchons si souvent hors de nous.

Les fruits que nous goûtons alors, allant de l’apaisement de notre mental à l’Éveil de notre conscience à sa véritable nature, dépendent du chemin que nous suivons.
 

Entraîner notre esprit à être davantage conscient de ce que nous vivons, sentons et pensons instant après instant, nous permet de renforcer nos ressources internes et de cultiver notre résilience au stress.


Ainsi, nous faisons quelque chose pour nous que personne d'autre ne peut faire à notre place: travailler consciemment et minutieusement notre rapport à nous-même, à notre corps, à nos émotions et au monde qui nous entoure pour vivre une vie plus heureuse et créative, pour nous mêmes et pour notre entourage.

Sources : François Granger. Méditation et Pleine Conscience

 

La pratique de la méditation nous permet de créer ce cercle vertueux, d' acquérir des compétences de pleine conscience et d'intégrer la pratique dans nos vies quotidiennes  pour améliorer notre santé, nos relations sociales,  familiales, professionnelles,  notre bien-être et notre sérénité, de développer flexibilité, ouverture et compréhension , d' obtenir une plus grande clarté dans nos esprits, et être moins réactif dans les situations stressantes, de gérer plus efficacement nos pensées et nos sentiments désagréables, de réguler plus facilement nos émotions et états "d'emballement" émotionnels ( la colère, le mépris, la rancune, la tristesse,..... ) de vivre un style de vie plus équilibré et expérimenter plus de calme et de paix,  améliorer nos relations et éviter les conflits grâce à la culture de la conscience sociale, de la patience  de la compassion et de l'écoute attentive, pour toute forme de vie.

 

L’actuel Dalaï-Lama  ouvre un peu plus grand les horizons de cette réalité métabolique :

« Sème un acte, tu récolteras une habitude ; sème une habitude, tu récolteras un caractère ; sème un caractère, tu récolteras une destinée. »

 

 

Voici pour vous  une vidéo qui relate l'histoire du 100ème singe, et peut être aussi, l'histoire de l'Humanité....

C'est un cadeau de fin d'année pour chacun :

Le centième singe ICI

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Le problème c'est que l'homme ne descend pas du singe mais du mouton
Répondre
C
Si on comprend l’article on voit qu’il ne s’agit pas de descendance mais bien d’appartenance au même règne : le vivant et qu’a ce titre nos cerveaux évoluent de concert.
C
Bonsoir,
Une théorie que je connaissais, je ne divulguerai pas la suite culinaire...
Oui, il faut peu de chose pour faire basculer notre humanité.
Bonne soirée
@mitiés
Répondre