Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ECRITURE CREATIVE - MEDITATION PLEINE CONSCIENCE

L'oulipo et quelques Oulipotes

L'Ouvroir de Littérature Potentielle,

 

L'Ouvroir de littérature potentielle, généralement désigné par son acronyme OuLiPo (ou Oulipo), est un groupe de littérature inventive et innovante qui naît au xxe siècle.

Il a pour but de découvrir de nouvelles potentialités du langage et de moderniser l’expression à travers des jeux d’écriture. Le groupe est célèbre pour ses défis mathématiques imposés à la langue, obligeant à des astuces créatives.

 

L’Oulipo est fondée sur le principe que la contrainte provoque et incite à la recherche de solutions originales.

Il faut déjouer les habitudes pour atteindre à la nouveauté.

 Ainsi, les membres fondateurs se plaisaient à se décrire comme des « rats qui construisent eux-mêmes le labyrinthe dont ils se proposent de sortir1. »

L'OuLiPo se définit d'abord par ce qu'il n'est pas, selon une citation célèbre, bien que discutable, de Raymond Queneau

  • Ce n'est pas un mouvement littéraire.

  • Ce n'est pas un séminaire scientifique.

  • Ce n'est pas de la littérature aléatoire.

Premier d'une longue série d'ouvroirs rassemblés sous le terme Ouxpo]— prononcé « Ou-X-Po », le X étant remplacé par une syllabe articulable telle que mu pour OuMuPo (musique), Dro pour OuDroPo (droit) ou Ba pour OuBaPo (bande-dessinée) —, l'Oulipo est une association fondée en 1960 par le mathématicien François Le Lionnais et l'écrivain et poète Raymond Queneau.

 

L'Ouvroir fut d'abord baptisé Sélitex (Séminaire de Littérature Expérimentale), puis Olipo, et trouva son nom définitif le 13 février 1961, grâce à l'un de ses membres, Albert-Marie Schmidt.

 

Les membres de l'Oulipo se réunissent une fois par mois pour réfléchir autour des notions de « contrainte », de « littérature potentielle », et produire de nouvelles structures destinées à encourager la création. La réunion est parfois l'occasion d'accueillir un « invité d'honneur ».

L'Oulipo anime aussi parfois, sans les organiser, des ateliers d'écriture

 

QUELQUES OULIPOTES .....

 

Georges Perec

 Il naît à Paris de parents juifs polonais, tous deux décédés durant la Seconde Guerre mondiale : son père au front en 1940, sa mère déportée à Auschwitz en 1942. Georges Perec passera son enfance entre Paris et le deux V entrelacés de W ou le Souvenir d’enfance, Villard-de-Lans et Lans-en-Vercors.

Après des études de lettres, où il rencontre Marcel Bénabou, il devient documentaliste au CNRS et publie ses premiers articles dans Partisans.

 

Il publie son premier roman, Les Choses, en 1965. Ce roman « sociologique » est couronné par le prix Renaudot.

 

En 1966, il publie un bref récit truffé d’inventions verbales : «   Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour «  et entre l’année suivante à l’Oulipo, dont il devient l’une des figures majeures.

 

Il expérimente toutes sortes de contraintes formelles :

 La Disparition (1969) est un roman écrit sans la lettre e (lipogramme) ; 

Les Revenentes (1972), où la seule voyelle admise est le e.

 

Son roman le plus ambitieux, La Vie mode d’emploi (prix Médicis 1978), est construit comme une succession d’histoires combinées à la manière des pièces d’un puzzle, et multiplie les contraintes narratives et sémantiques

 

L’œuvre de Perec s’articule, semble-t-il, autour de trois champs différents : le quotidien, l’autobiographie, le goût des histoires.

 

Le jeu est toujours présent, tout comme la quête identitaire, et l’angoisse de la disparition.

Jacques Roubaud

 

 

Jacques Roubaud, né le 5 décembre 1932 à Caluire-et-Cuire, est un poète, écrivain et mathématicien français. Membre de l'Oulipo, il a développé une œuvre abondante, qui comprend des ouvrages de prose, de poésie, des écrits autobiographiques et des essais.

Michèle Métail

 

 

Créateur de « poèmes sonores », Michèle Métail diffuse, depuis 1973, ses textes au cours de « publications orales ».

Diapositives et bande-son accompagnent parfois ses lectures, où elle travaille l’allitération et l’assonance comme un parasitage, un brouillage du sens.

Elle entre à l’Oulipo en 1975, introduite par François Le Lionnais.

Après des études d’allemand, elle passe un doctorat de chinois portant sur la poésie chinoise ancienne. Boursière en résidence à Berlin, elle y a réalisé un travail photographique.

Elle a pris ses distances vis-à-vis du groupe, et vit et travaille aujourd’hui en Berry

François Le Lionnais

 

Le Lionnais est un ingénieur chimiste, mathématicien épris de littérature, doublé d’un écrivain passionné de sciences. ( 1901/1984 )

​​​​​​​

Fondateur et premier président de l’Oulipo, François Le Lionnais fréquenta dans sa jeunesse les cercles «artistiques» proches de Max Jacob et de Jean Dubuffet, avant de débuter une carrière dans l’industrie.

Joueur d’échecs passionné, c’est par ce biais qu’il fait dans l’entre-deux guerres la connaissance de Marcel Duchamp et de Raymond Roussel.

Arrêté durant la seconde guerre mondiale, il fut emprisonné au camp de concentration de Dora.

Après la libération, il travailla à l’Unesco, fut conseiller scientifique auprès des Musées Nationaux, producteur à la radio et devint un des Régents du Collège de Pataphysique.

 

Il fut à l’initiative de la fondation du l’Ouvroir, en 1960, et il exerça sur lui, deux siècles oulipiens durant, une «dictature débonnaire» en tant que «fraisident-pondateur».

Raymond Queneau

 

 

Raymond Queneau, né au Havre le 21 février 1903 et mort à Paris 13ᵉ le 25 octobre 1976, est un romancier, poète, dramaturge français, cofondateur du groupe littéraire Oulipo. 

 

 

 

Marcel Bénabou

 

 

est un historien français, né le 29 juin 1939 à Meknès et vivant à Paris depuis 1956.

Professeur émérite d'Histoire romaine de l'Université Paris VII, ses travaux portent sur la Rome antique, en particulier l'Afrique romaine et les processus d'acculturation et de romanisation qui sont à l'œuvre dans ses provinces.

Membre de l'Ouvroir de littérature potentielle (ou OuLiPo) depuis 1969, où il entre un an après son ami Georges Perec, il en devient, l'année suivante, le Secrétaire définitivement provisoire.

 

Depuis 2003, il cumule cette fonction avec celle de Secrétaire provisoirement définitif.

 

Ses travaux oulipiens portent souvent sur la genèse de l'œuvre littéraire et l'autobiographie.

 

 

Partager cette page
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :