Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ECRITURE CREATIVE - MEDITATION PLEINE CONSCIENCE

N° 18 Les sept piliers de la Pleine Conscience

 

Les 7 attitudes 

 

Sept attitudes, sept qualités sont à la base de la Pleine conscience

 

L’acceptation

La confiance

La patience

Le lâcher-prise

L’esprit du débutant

Le non-jugement

Le non-effort

 

 

 


 

 

 Ces sept qualités contribuent à vivre notre vie pleinement, “en conscience”.

 En observant nos mécanismes, nous pouvons constater que ces attitudes sont inter-dépendantes.

En pratiquant l’une d’entre elles, nous développons les autres.

Au final, nous les amplifions toutes, car elles s’influencent mutuellement.


 

 En cultivant ces sept attitudes ou qualités, nous cultivons notre jardin intérieur et nous pouvons ainsi intégrer véritablement la pleine conscience dans notre quotidien en canalisant nos énergies dans un processus de maturation, de guérison et de croissance intérieurs.

 Il nous est suggéré de nous entraîner à développer ces attitudes, ces qualités…

… en les gardant à l’esprit et en se concentrant sur chacune d’entre elles…

… par exemple, une chaque semaine…

… tout en nous efforçant de les mettre en pratique à chaque fois que l’occasion se présente…

 Et nous pourrons vérifier au passage que cette occasion se présente toujours !

 

 

L’acceptation


 


 

 Accepter les choses telles qu’elles sont, nous permet de poser un acte juste, avec une attitude appropriée à la situation.

 Il ne s’agit pas d’une attitude passive de soumission ou de résignation.

Bien au contraire, il s’agit d’une attitude dynamique, en accord avec nos valeurs.

 C’est l’étape préliminaire à toute transformation, à toute guérison.

Celle-ci permet le développement de l’équanimité, et la compréhension profonde de la nature de l’impermanence, du changement.

C’est ce qui fait toute la différence entre “agir” et “réagir”.

 


 

La confiance


 

 La confiance : confiance en soi, confiance en notre intuition, en notre propre “autorité”, en notre capacité à percevoir nos limites…

Cette confiance, soutenue par la méditation, permet de mieux-être soi-même en nous responsabilisant de nos propres ressentis.

 

 Plus nous allons cultiver la confiance en nous  et plus il nous sera facile d’avoir confiance en l’autre, en la vie, en nous et autour de nous…

… ainsi qu’en “ce quelque chose” de plus vaste que nous-même.


 

 


 

 La patience

 

 La patience, c’est accepter que les événements et que les choses se déroulent à leur propre rythme.

C’est accepter de voir la vie autrement que comme une perpétuelle quête non résolue de “solutionnements de problèmes” !

C’est nous autoriser également à accepter chaque instant dans sa plénitude.

 Nous sommes bien souvent comme cet enfant qui tenterait de faire sortir prématurément, en vain, la fleur de son bouton ou voudrait aider le papillon à sortir de sa chrysalide !

La patience, c’est être capable d’éprouver également de la bienveillance envers nous-même.

Quelles que soient nos expériences, nos erreurs apparentes, nos limites, nos jugements, nos résistances  nous méritons de nous traiter nous-même avec bienveillance.

 Pourquoi chercher à nous précipiter vers de “meilleurs moments”…

… en passant à côté du moment présent

… qui est précisément celui où se trouve notre vie ?

 Le moment présent nous semble inacceptable ? Il est comme il est…

Nous pouvons constater comment patience et acceptation sont liés.

 Ainsi, la patience nous rappelle…

… que nous n’avons pas à suivre les égarements de notre esprit…

… mais que nous pouvons rester ouverts à la totalité de chaque instant…

… en laissant les choses se dérouler à leur propre rythme de croissance…

… à l’instar de la fleur ou du papillon.

 La patience découle naturellement des autres qualités, telles que le non-effort, la confiance et l’acceptation.


 

 

 

 


 

 Le lâcher-prise


 

 Le lâcher-prise, ou le non attachement, voilà une attitude qui nous interpelle souvent en tant que débutant.

 Ce n’est pas du laisser-aller mais plutôt du “laisser être”…

 Le lâcher-prise consiste tout d’abord à repérer, dans notre expérience intérieure

 nos propres réactions d’attraction ou de rejet face aux circonstances de l’existence.

 Cela peut être flagrant mais cela peut se cacher derrière d’autres variantes extrêmement plus subtiles.

 Observons déjà pour commencer nos tendances à saisir,  à nous accrocher à certains de ces aspects “plaisir” de notre existence et constatons, sans jugement aucun, les conséquences que cela entraîne.

 Sur un autre registre, le lâcher-prise ne nous est pas étranger…

C’est ce que nous faisons chaque nuit en nous endormant, laissant notre corps et notre esprit lâcher-prise !

 Inutile de chercher, nous sommes déjà des experts en la matière…

Il suffit “juste” d’appliquer cette capacité à l’état de veille !

 En lâchant prise, nous laissons être, ce qui est présent là, ici et maintenant.

C’est une attitude qui inclut toutes les autres.

 

 


 

 


 

L’esprit du débutant


 

 L’esprit du débutant, c’est avoir toujours un regard neuf, sans à priori ni croyance particulière.

C’est voir les choses avec curiosité, telles qu’elles sont, comme si c’était la première fois quand bien même il s’agirait d’une expérience routinière.

Et, même dans ce dernier cas, il est bon de nous souvenir que chaque instant présent est neuf et unique !


 

 L’esprit du débutant, c’est découvrir ou redécouvrir à quel point l’ordinaire, auquel nous ne prêtons même plus attention  est en réalité extraordinaire.

Cela signifie aussi, dans la vie quotidienne  rester libre d’attentes basées sur nos expériences passées,, pouvoir nous libérer du “connu” de ce que nous “savons déjà”… 

 Vérifions par exemple si nous rencontrons vraiment les autres avec un regard neuf…


 

… ou au contraire en fonction des projections de nos propres pensées sur ces personnes ?

 


 

 



 

Le non-jugement


 

 Le non-jugement relève de l’observation impartiale de nos expériences c’est-à-dire la suspension, l’arrêt sur image de nos réactions immédiates voire réflexes d’attraction-répulsion, lesquelles s’effectuent sur la base de l’interprétation que nous avons de toute expérience

 Il s’agit également d’accueillir les pensées, émotions, sensations qui se présentent, sans les qualifier ou disqualifier de “bons” ou “mauvais”, “bien” ou “mal”, “exacts” ou “erronés”, “justes” ou “injustes”, mais simplement d’en prendre note sans nous y attacher.

 Dans un premier temps, cela implique de constater notre tendance “naturelle” à décrire, commenter ou juger chacune de nos expériences  que ce soit en pensée ou en paroles.

 Nous sommes ensuite invité(e) à voir simplement ce qui se passerait  si nous laissons l’expérience être ce qu’elle est.

 Tout cela fait partie du processus de Connaissance de soi

… et demande authenticité, bienveillance et… persévérance 


 


 


 


 

 Le non-effort

 

 Contrairement à la plupart de nos activités, lesquelles s’inscrivent dans un objectif…

… la méditation de Pleine conscience se déploie dans le non-agir” », la présence et l’attention à “ce qui est”  sans saisie ni aversion, sans chercher à changer quoi que ce soit, ni même à obtenir un résultat.

 

 Avec de la patience et une pratique régulière  un mouvement naturel va prendre place de lui-même en direction de nos objectifs.

 Cela ne signifie pas de ne plus rien planifier mais de rester ouvert(e) et flexible et sentir lorsque nous tentons de forcer les choses !

 Dit encore autrement, le non-effort consiste à ne pas essayer de nous rendre ailleurs que là où nous (en) sommes.
 

 

Si cet article vous inspire des questions, des observations,  des réactions ou quoique ce soit d'autre ..... je vous propose d'utiliser la rubrique ' COMMENTER ' .....

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Catherine BL 02/11/2020 08:57

A voir, si ce n'est pas déjà vu, cette vidéo ARTE Les étonnantes vertus de la Méditation :
https://www.arte.tv/fr/videos/069099-000-A/les-etonnantes-vertus-de-la-meditation/
Ses actions sur notre cerveau et sur notre Santé.

Chantal Labrousse 26/10/2020 05:59

Cela me serre la gorge et j'en pleurerais tellement je me sens loin de ces sept piliers, construite par un huitième, maintenu, entretenu vaille que vaille mais si vermoulu.
C'est vrai, la trahison, des difficultés qui ont fait perdre toute confiance, ce doute installé qui vous fait chuter, si fébrile devant la dureté des êtres, des choses et le choc inattendu qui pourrait vous amener à un "lâcher-prise" mais non, ça ressemble à une dépression.
Les sept piliers étant si imbriqués dans leur fonctionnement, comment en trouver au moins un où se retrouver?

Pascale 26/10/2020 18:11

Bonjour Chantal, il est vrai que ces piliers sont interdépendants mais il est toujours possible d'en isoler un pour accéder aux autres.
La pratique régulière de la méditation nous aide à ne plus suivre nos idées, notre mental et ses bavardages à ne plus nous y identifier et à les considérer avec un peu plus de recul.
Cependant, cela , demande un investissement et de la pratique.
La méditation n'est pas une technique mais un cheminement, c'est une voie sans fin qui fait de nos vies un long présent.
La méditation nous montre comment regarder les évènements de plus haut, elle n'est pas une tentative de fuite ou d'éviction mais nous montre que nous pouvons faire face, debout, droit, stable et en confiance, ici, et maintenant, dans le présent.
Elle nous montre que nous pouvons tous regarder la rivière et ce qu'elle " trimbale ", en restant sur la berge, sans partir avec le courant. Elle nous montre qu'on peut s'élever à tous les sens du terme, voir les événement de plus haut, avoir une meilleure perspective, une vision globale, plus objective.
On commence avec les " petites choses " puis on arrive aux plus grandes, un peu comme alpiniste, qui commence par les petites montagnes avant l'ascension de l'Annapurna, ou comme un cycliste, qui fait le tour du champs avant le tour de France....
Aucun arbre ne donne ses fruits en un jour, il lui faut de la pratique, un travail, une intention.....
Bien avec toi,
Pascale.

CHANTAL 24/10/2020 18:48

Depuis que je pratique la pleine conscience, j'ai l'impression d'être plus attentive à moi même et aux autres. En ces temps de crise, la méditation m'aide à faire face, sans chercher à fuir.
J'ai choisi la bienveillance, la clarté, la lucidité. Je ne souffre plus de mes pensées. Mon esprit ne va plus " de branche en branche" comme le dit Tich Nath Han.
Amitiés,
Chantal.