Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ECRITURE CREATIVE - MEDITATION PLEINE CONSCIENCE

Proposition n°26 Idiotismes

 

Passionné par les incongruités de la langue française, Jean-Loup Chiflet les épingle avec la drôlerie qui a fait sa renommée.

Mots "impossibles à prononcer", "mal mariés" ou "qui rétrécissent à l'usage", autant de variations malicieuses sur les bizarreries de notre langue qui réjouiront tous les amateurs de  mots.

 



Jean-Loup Chiflet est un écrivain et éditeur français né à  Lyon le 1/06/1942

Il a passé quelques années dans les départements de littérature étrangère de grandes maisons d’édition (Hachette notamment), avant de se spécialiser dans les ouvrages sur la langue et ses excentricités.

Passionné par les expressions idiomatiques, les nuances, les difficultés grammaticales et les aberrations de la langue française, Jean-Loup Chiflet a le souci d'instruire en s'amusant.

Il commence sa carrière d'écrivain en 1979 avec "La Théière de Chardin". Il publie ensuite "Antigone de la nouille", puis de nombreux autres ouvrages.

En 1997, Jean-Loup Chiflet a créé et dirigé la collection Mots & Cie aux éditions Mango.

En 2004, il ouvre sa propre maison d'édition, Chiflet et Cie.

 

 

L'auteur, qui se définit lui même comme un grammairien buissonnier, nous propose de jouer avec certaines de nos expressions françaises, surtout celles où l'on trouve associés des mots qui n'ont rien en commun.

Cela se nomme un idiotisme ou expression idiomatique.

Un idiotisme ou expression idiomatique est une construction ou une locution particulière à une langue, qui porte un sens par son tout et non par chacun des mots qui la composent. Il peut s'agir de constructions grammaticales ou, le plus souvent, d'expressions imagées ou métaphoriques.

 

 

Que font le vélo dans la tète, l'estomac dans les talons, le poil dans la main, les pieds dans le plat, les fourmis dans les jambes, le soupçon dans le lait, le chat dans la gorge, le cadavre dans le placard, la goutte d'eau dans l'océan, l'anguille sous la roche, le pois chiche dans la tête, les oursins dans la poche, et mémé dans les orties ?

Que font ensemble la vessie et la lanterne, le fusil avec le chien, le bois avec le chèque ?

La liste est non exhaustive,  peut être  connaissez vous d'autres idiotismes ....

Que diriez vous de composer un texte ( comptine, poésie, récit, prose ou vers.... ) en utilisant le plus possible de ces expressions ?

 

 

C'est à vous........... déposez vos textes dans la rubrique " COMMENTEZ ".

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Au moment même où je roulais un peu vite sur un gendarme couché, ce qui fit glapir de plaisir ma voisine,, un de ses collègues' énervé comme un pou qui s'était camouflé comme le caméléon, dans la chevelure blonde du champ de blé riches (c'est à dire non fauchés) surgit fissa, raide comme un passe lacets, mais lassé de devoir à nouveau contrevenir. Il me fallut stopper des quatre fers,et il fallait le faire, pour éviter que ce pauvre bougre d'âne damné ne soit envoyé en l'air (ce que nous étions en train de faire avec entrain avec ma passagère de passage;;;protégé par une capote, pas de gendarme, mais de gendarme couché que du coup, j'avais abordé un peu vite en raison de l'abordage que venait de me faire subir ma voisine ni pucelle, ni effarouchée, mais belle comme un ange -gardien de la paix, mais pas dans les ménages)
Avec un sourire bienveillant, jusqu'aux oreilles, tous mes clignotants étaient au vert quand je
me garai sur la bande d'arrêt d'urgence, ce qui provoqua ma débandade et apaisa aussitôt les ardeurs de ma passagère qui, telle une mère abbesse abstinentes'était en deux temps, trois mouvements, mise sur son trente et un.
"Donc, vous n'avez pas vu le panneau?" dit il.
(Cà y est, on est tombé dedans (le panneau) pensais-je.
"Bah, j'ai bien vu le gend... euh ralentisseur, mais..."
Vous étiez peut être occupé à autre chose, si vous voyez ce que je veux dire,"
J'étais comme deux ronds de flan quand ilme dit, fier comme Artaban: "Vous devriez téléphoner à votre femme pour qu'elle vienne vous chercher, car avec le cumul des infractions que vous venez de commettre, vous n'êtes pas prêt de récupérer vos points!, bien sûr, dit-il avec bienveillance, vous pouvez laisser là Madame, je serai muet comme un tombeau, mais pour le permis, c'est mort!
Répondre
M
A force de pédaler dans la choucroute, la moutarde me monte au nez. j'ai beau prendre la vie à bras le corps, je me retrouve toujours gros jean comme devant. hier, je me mets sur mon trente et un pour obtenir un job et hop, on me coupe l'herbe sous le pied, pour une broutille. Il y a de quoi avoir le cafard et voir rouge. Je n'ai pourtant pas un poil dans la main et je me sens prêt à mouiller ma chemise, pour donner du fil à retordre à ceux qui se mettront en travers de mon chemin. Bien difficile de voir la vie en rose.
Répondre
R
Quand vous tournez chez vous comme un lion en cage, et que vous avez des fourmis dans les jambes, si vous ne voulez pas broyer du noir ou vous faire des cheveux blancs, il faut partir !
Or aujourd'hui, pour partir, il n'est plus nécessaire de montrer patte blanche en fournissant une attestation, ni d'inventer une histoire cousue de fil blanc, ni même de caresser dans le sens du poil un représentant de la maréchaussée ; et quand vous en avez vu de toutes les couleurs pendant le confinement, n'est il pas légitime d'aller se mettre au vert pour voir la vie en rose ? Et si vous avez la main verte, de cultiver votre jardin ?
Vous pouvez être gai comme un pinson ou heureux comme un poisson dans l'eau sans vous faire remonter les bretelles, et comme un coq en pâte, bayer aux corneilles ou dormir comme un loir .
Répondre