Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ECRITURE CREATIVE - MEDITATION PLEINE CONSCIENCE

Proposition n° 23 Les plus belles bibliothèques et librairies

Pour saluer la prochaine réouverture de nos bibliothèques, je vous invite à  une visite des plus remarquables librairies et bibliothèques du monde.
Ce sera le prétexte  à une nouvelle proposition d'écriture, que vous trouverez en bas de page, après la visite !

Librairie Bart Books Californie

 

Librairie " OMBRES BLANCHES " Toulouse
Bibliotheque de Trinity College a Dublin Irlande
Bibliotheque du Parlement a Ottawa Canada
Bibliotheque du Rijksmuseum a Amsterdam Pays-Bas
Bibliotheque Jose Vasconcelos de Mexico Mexique
Bibliotheque publique de Stockholm Suede
El Ateneo de Buenos Aires Argentine
Goerlitz Barockhaus Museum Goerlitz Allemagne
Bibliothèque Nationale Salle Labrouste Paris
La bibliothèque de l’Abbaye Admont – Autriche
Une des plus grandes librairies du monde à Oska Japon
Le Cabinet Royal Portugais de Lecture à Rio-de-Janeiro Bresil
LeKlementinumla Bibliotheque nationale tchèque a Prague Tchequie
librairie Grand Splendid Argentina
librairie Grand Splendid Argentina
Librairie Zhongshuge a Chongqing Chine
Livraria Lello a Porto Portugal
Stadtbibliothek bibliotheque municipale de Stuttgart Allemagne
Starfield library a Seoul Corée
Bibliothèque de l'abbaye de Saint Gall Patrimoine mondial Suisse

 

Bibliothèque de l'Université de Graz Autriche
Bibliotheque de la Duchesse Anna Amalia a Weimar-Allemagne

 

Un peu d'histoire

Les bibliothèques apparaissent avec le besoin d'organiser la conservation et le travail des textes. Ces lieux dépendent alors des pouvoirs religieux et politiques, en proportion variable selon les civilisations.

Durant l'Antiquité, la plus grande bibliothèque était celle d'Alexandrie, construite par les Grecs au IIIe siècle av. J.-C

.Des bibliothèques un peu plus modestes existaient à Rhodes et à Antioche

A partir du 1er siècle, les Romains commencèrent à constituer des bibliothèques privées.Les rois entretenaient des "esclaves lecteurs" pour faciliter le travail des usagers de la bibliothèque. Athènes et Pergame possédaient aussi de grandes bibliothèques, comptant plusieurs centaines de milliers de volumes.

La bibliothèque était  conçue selon une perspective de stockage et conservation du savoir, dans une optique de protection du pouvoir .

Elle est alors réservée aux érudits, avec la pratique de la lecture silencieuse et du travail de recherche.

 

Au Moyen Âge, les textes étaient conservés dans des bibliothèques monastiques. Les moines copistes reproduisaient les manuscrits.

Les universités ont souvent leurs propres bibliothèques dès le milieu du Moyen Âge, puis également d'autres écoles comme les lycées.

Au xve siècle, l'invention de l'imprimerie facilite l'accès au livre et la lecture. Dès le XVIIIè, des bibliothèques s'ouvrent au public, tandis que les bibliothèques nationales sont créées. La Bibliothèque nationale de France le fut en 1953.

 

La promenade continue, avec cette fois, une balade dans les plus jolis et cocasses  noms de librairies que j'ai trouvé, un peu partout en France :

 Le Monde d'Arthur

Le cadran lunaire

La Baignoire d’Archimède

Le Rideau Rouge

Les Mots Voyageurs

Librairie Cheminant

Les Buveurs d'Encre

L'Autre rive

La Parenthèse

Le Merle moqueur

La Boîte de Pandore

 le Bal des ardents

Vivement dimanche

Le Millefeuille

Librairie-café les Villes invisibles

 Zone Libre

Les 3 souhaits

 Hémisphères

Le Furet du Nord

Les Machines de l'Ile

Gribouille

 Bain d’Encre

La malle aux histoires

Aux livres, etc.

La Virevolte

La promesse de l'aube

Librairie Entre deux Noirs

Le Matoulu

 Le Bateau Livre

Mots et Motions

la Bruyère vagabonde

L'encre des pavillons

Les Rebelles ordinaires

Le Détour

Des livres et nous

L'arbre a lettres

Le genre urbain

L'esprit livre

La belle lurette

Poivre d'âne

Les racines du Vent

Les nuits blanches

Le texte libre

La buissonière

L'intranquille

Oblique

La gardienne des livres

Mona lisait

 

 

Le rat de bibliothèque par Carl Spitzweg vers 1850

 

 

PROPOSITION D' ECRITURE

 

Je vous propose de rédiger votre texte en utilisant le maximum de ces noms de librairies.
Le thème est libre et vous pouvez choisir l'ordre d'apparition des noms.

DEPOSEZ VOS TEXTES DANS LA RUBRIQUE " COMMENTER " !

undefined

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Bravo à tous pour ces titres inspirants...en attendant de se REVOIR!!!
Bises
Christine
Répondre
C
Librairies et bibliothèques, lieux de perdition
Je me souviens de ces doux étés passés au Bleuet, à Banon – village des Alpes de Haute Provence - là où l’on pouvait tout aussi bien s’asseoir sur un rebord de marche pour lire et acheter …ou pas.

Mais j’aimais aussi passer beaucoup de temps dans ces autres lieux, découverts au fur et à mesure de mes voyages d’agréments ou d’affaires. Le Monde d’Arthur, s’il s’était trouvé à proximité d’un plan d’eau, je l’aurais volontiers assimilé à la Baignoire d’Archimède… Pas de Rideau rouge pour ces Mots voyageurs, inutile en Librairie cheminant, telle une Buveuse d’encre où je parvenais le plus souvent par l’Autre rive, mon itinéraire préféré –come une Parenthèse du Cadran solaire pour aboutir dans cette Boîte de Pandore où je n’aurais pas été surprise que le Merle moqueur y eut fait son nid.

Arthur avait le plus souvent le Bal des ardents dans les mollets. Vivement dimanche, répétait-il inlassablement…jour où un copieux Millefeuille lui était servi dans ces Villes invisibles de la Zone libre. Il m’avait avoué un soir, que cela faisait partie de ses 3 souhaits d’une semaine réussie : LIRE, GOUTER, RENCONTRER. C’est d’ailleurs dans un des Hémisphères, qu’il rencontra le Furet du nord, sorti de l’impression grâce aux fabuleuses Machines de l’Ile.

Quant à Gribouille, elle aurait passé des heures à nager dans un Bain d’encre, robinet grand ouvert dans la Malle aux histoires.

La Promesse de l’aube m’autorisait toujours la quiétude. Ces deux enfants après avoir fait leur Virevolte auraient fait provision de Mots et motions, tels des Rebelles ordinaires – les Livres et nous, n’étant pas du Genre urbain, n’en étaient pas moins l’Esprit livre.

Pendant ce temps, lainée restée à la maison, Manon – lisait, telle une Gardienne des livres, ma Buissonnière en Texte libre - Intranquille.

Grâce à tous ces lieux de lecture, mes Nuits blanches avaient depuis Belle lurette vu se développer le Poivre d’Ane, au pied des Racines du vent. Et je rêverais encore d’être au Bleuet…
Christine
20 mai 2020
Merci à Pascale pour cette belle provision d’évasion,
Merci à tous ces Libraires et Bibliothécaires facétieux,
Merci à Mireille pour l’organisation « des Livres et nous » à Vayrac
Répondre
L
Adaptation de la contrainte: Comment appellerais-je ma librairie?
J'y recevrais mes amis; autours d'un plat? LE MOT A LA BOUCHE, ou SUR LE BOUT DE LA LANGUE,
au milieu des fleurs? LIBRAIRIE DES SENTEURS, ou LE DOUX PARFUM DES LETTRES;
en musique? LA SYMPHONIE DES MOTS SUBTILS ou LES SOUPIRS D'UNE LECTURE
etc...
Répondre
M
Au détour de laVirevolte quand vient la promesse de l'aube, Les machines de L'Ile se referment et joignent Les deux hémisphères cédant ainsi,le passage au Matoulu, l'esprit libre que nous aimons tant, qui s'en va rendre visite aux buveurs d’encre sur l'autre rive.
Dans la parenthèse de son voyage le merle moqueur avait prit un bain d'encre. Noire.
Ils voulait ainsi jouer au rebelles ordinaires. Mais la baignoire d' Archimède était occupée par je ne sais quel libraire ordinaire.
L'impudent derrière un rideau rouge barbotait insouciant.
Le petit vent aidant notre volatile séchait. Cette encre n' avait rien de de commun avec l' encre des pavillons légère et fluide, qui ne sèche que lorsque qu'il ne pleut pas, or dans ces contrées magiques
que seul un esprit littéraire instruit des choses littérales, un être lettré peut en discerner les mystères,
il ne pleut jamais.
L' encre qui recouvrait le merle était si lourde et accrochée aux plumes qu'elle faisait de lui un mille feuille.
Le Matoulu, élégant par essence ne voulut pas que sa chemise se tâcha. Il se débarrassa de l'oiseau.
Les buveurs l' attendaient à la librairie-café les villes invisibles, établissement d'excellente réputation, dont la renommée fit qu' elle accueille, encore aujourd'hui, les réunions occultes des Mots voyageurs c'est dire ! Et leur café vaut le détour si l'on en croit la gardienne des livres fidèle au lieu depuis des lustres .
Quel bonheur d’être en librairie entre deux noirs !
Matoulu amarra sa barque de bois à l' arbre à lettres, se rendit sans traîner à travers la bruyère vagabonde croisant çà et là quelques mots et motions, en totale liberté dans cette nature frangée de vent coulis ils écrivaient sur roches et bois des phrases singulières , formules comprises d'eux seuls .
Parvenu à bon port, il fut surpris du silence inquiétant qui régnait sur la clairière .
A cette heure la zone libre accueillait en un principe non dérogeable, le bal des Ardents.
Poèmes en tous genres, haïkus, tercets, alexandrins, proses lyriques, proses poétiques et tous ces rebelles au genre urbain semblaient attendre depuis belle lurette, lassés et buvant sans conviction des cocktails au poivre d'âne. Dans un recoin du bois, masquée d'un chêne millénaire Mona lisait bercée par les racines du vent. Elle semblait sourire .
Les rebelles ordinaires traînaient leur ennui tandis que l'intranquille, oblique, d'ordinaire phare dans les nuits blanches, palissait à vue d’œil, son éclat se devinait à peine .
Le Texte libre n'était plus d'actualité. Confiné dans l'ennui. Ou la peur.
Matoulu appris rapidement le pourquoi de cette situation. Covid, un petit virus invisible, mesquin,
agressif parcourait le monde et ses formes multiples , jouait les buissonnières allant au hasard des vallées, bois, et villes semer ses mauvais mots, sans oublier les forêts.
Il poussait l'univers à refermer la malle aux histoires .
Triste et pensif, Matoulu rebroussa chemin, furtif comme le furet du nord il disparut sous le cadran lunaire.
Il ira retrouver le merle qui l'attendra dessinant dans le ciel une gribouille inquiétante .
Répondre
A
Ces bibliothèques sont extraordinaires,nous avons eu le plaisir d'en découvrir quelques unes et il est vrai qu'en plus des livres le décor contribue aussi au voyage .
Répondre
A
Gribouille ne faisait pas partie des rebelles ordinaires,une fois le rideau rouge tiré,la parenthèse se refermait sur les nuits blanches et la promesse de l'aube.allait l'entraîner vers les bruyères vagabondes.Elle pouvait en effet sans détour faire l'école buissonnière et à moins qu'elle ne virevolte elle pouvait aller en zone libre ,l'esprit live car elle faisait depuis belle lurette partie du genre humain,elle aimait aller à la découverte des mots voyageurs ou bien ouvrir la boite de Pandore,s'asseoir au pied de l'arbre à lettres en écoutant le merle moqueur et en dégustant un millefeuille tout en faisant 3 souhaits car son monde elle le voulait différent du monde d'Arthur.
Répondre
C
Magnifiques ces bibiothèques !


Après la Parenthèse du confinement s’ouvre La Boîte de Pandore. Lâchés, libérés, à quoi vont nous mener nos actions ?…
Pour ce qui me concerne Les Trois Souhaits, confinés eux aussi, dans les hémisphères de mon cerveau, vont se réaliser en Zone Libre : Voir mes amis, aller au-delà des zones autorisées, accéder aux boutiques ouvertes de nouveau dont ma libraire.
La Promesse de l’Aube m’a emmenée vers la Bruyère Vagabonde que je n’avais pas vue depuis La Belle Lurette. Les Racines du Vent m’ont fait oublier Les Nuits Blanches. Le détour étant désormais permis j’ai pu faire La Buissonnière, m’attarder, écouter Le Merle Moqueur, passer sur L’Autre Rive et aller voir mon amie.
Mona Lisait. L’Intranquille, I’ impatiente d’habitude, s’était figée dans la lecture depuis le confinement et un Millefeuille de livres s’empilait à ses côtés. Elle ne sortait plus.
« Coucou, Mona, il faut fermer La Parenthèse. Tu peux t’aérer, te nourrir de nature aussi désormais. Quand tu seras décidée nous irons retrouver le Genre Urbain ».
Les cafés ouvriront bientôt et nous irons à la Librairie Entre Deux Noirs pris en terrasse, juste à côté. La Gardienne des livres nous accueillera, nous conseillera, ouvrira La Boîte aux Histoires tout en gardant Un Regard Oblique sur le contrôle du respect des distances qui pourrait distraitement sortir des esprits au retour des clients en quête de nouveauté. Elle les appelle Les Buveurs d’Encre tant ils sont assoiffés de Texte Libre et d’imaginaire, pressés de se nourrir avec Les Mots Voyageurs.
Mona devra reprendre le travail et oublier Le Cadran Lunaire qui était devenu le sien. Le Monde d’Arthur, son fils, se transformera de nouveau en scolarité retrouvée, mais pas comme avant…. En attendant, il gribouille. Et chacun attendra le week end pour tourner les pages d’un livre, se disant : « Vivement Dimanche ! ».
Je reprends mon chemin avec en tête mon espoir le plus cher, voir ma famille encore trop éloignée.
Répondre
M
Allez, je m'décide je mets le lien vers mon blog un peu oublié que je réactive.
http://desmotsdesimages.unblog.fr/
Répondre
M
Dans le monde d'Arthur Mona lisait. Elle avait l'esprit livre, elle aimait les mots voyageurs, les buveurs d'encre. Celle qu'on appelait L'intranquille était capable de passer les nuits blanches à dévorer l'encre des pavillons jusqu'à passer sur l'autre rive à la promesse de l'aube en faisant fi du merle moqueur. Celle qu'on nommait la gardienne des livres se fournissait chez le furet du Nord, à la parenthèse, à la librairie Cheminant, au bal des ardents. Aucun sanctuaire du millefeuille des mots et motions à cent kilomètres alentour n'ignorait cette ogresse dévoreuse de bain d'encre, de mots voyageurs, de texte libre.
Mais depuis le confinement elle se contentait de relire les rebelles ordinaires. La malle aux histoires ressemblait à la boîte de Pandore et regorgeait de lectures buissonnières mais elle attendait avec impatience la réouverture de ces arbres à lettres et autre bruyère vagabonde. "Vivement dimanche que je formule mes 3 souhaits ! se disait-elle. Quelle sera ma première visite ? Ferais-je un détour par Des livres et nous ou me dirigerai-je sans hésiter vers le Matoulu puis vers la librairie Entre deux noirs ? Je n'aurai que l'embarras du choix si tous mes fournisseurs ont pu faire face à cette période de disette."
Nul besoin de rejoindre la zone libre, le rideau rouge se lèvera dès mardi à l'heure où le cadran lunaire aura déjà fini son office depuis belle lurette. Mona pourra pratiquer la virevolte d'un volume à l'autre, du genre urbain au roman naturaliste en passant par le polar ou la biographie. La tête lui tournera avant qu'elle ne jette son dévolu sur l'ouvrage du monde d'après qui rejoindra le premier son bateau livre.
Dans le monde d'Arthur, Mona lira.
Répondre
R
Je méditais sur la Promesse de l'Aube, Cheminant le long de la Dordogne, avec les Mots Voyageurs découverts dans la Librairie « Des Livres et Nous », écoutant le Merle Moqueur et suivant des yeux le Bateau Livre sur la rivière.

Je fis un Détour pour aller m'appuyer contre l'Arbre à Lettres qui, depuis Belle Lurette, protège les Racines du Vent des deux Hémisphères.

Sur l'Autre Rive, j'aperçus la Boîte de Pandore, une Librairie Café des Villes Invisibles, où , Entre Deux Noirs bus au comptoir, le Genre Urbain fait la lecture Buissonnière aux Buveurs d'encre, en savourant un Mille Feuilles saupoudré de Poivre d'âne.

Je virevolte et m'y précipite, avide de prendre un Bain d'Encre et d'ouvrir la Malle aux Histoires, et traverse en Oblique la Bruyère vagabonde.

A l'intérieur, un Rideau Rouge masque la Baignoire d'Archimède ; la Gardienne des Livres, Mona Lisait, assise et Intranquille, sous le Cadran Lunaire, compagnon des Nuits Blanches. Au mur, une banderole nous appelait : « Aux Livres, etc... ».

Si l'on a l'Esprit Livre des Rebelles Ordinaires, on Gribouille un Texte Libre en trempant le porte plume dans l'Encre des Pavillons. On écrit des Mots et Motions de poésie, et Matoulu, le chat, se promène sur la page et dessine une parenthèse.

Vivement Dimanche, que je réalise mes Trois Souhaits : passer en Zone Libre sur La Machine de l'Ile, aller au Bal des Ardents et connaître le Furet du Nord.
Répondre