Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ECRITURE CREATIVE - MEDITATION PLEINE CONSCIENCE

Proposition n° 21 Compte à rebours

Depuis quelques jours, le compte à rebours a commencé, dans l'attente du 11 mai ....

Je vous propose de, nous aussi, remonter le temps..... avec des mots.


Je vous invite a sélectionner autant de mots ou d'expressions  qu'il vous plaira, dans le texte de Béatrix Beck (  L'Enfant Chat ) en commençant par la fin du texte et de composer votre propre récit en respectant ce nouvel ordre d'apparition des mots, à rebours ....

Cet exercice s'appelle un " logo rallye ", où "parcours obligé"  : on écrit un texte (récit ou poème) dans lequel apparaissent obligatoirement, dans un ordre choisi à l’avance, une série de mots.

Voici le texte :

Une pie, petite pythie, traverse le chemin : une pie malheur, deux pies bonheur, trois pies mariage, quatre pies baptême, cinq pies enterrement - d'où il s'ensuit que mariage, baptême et mort ne sont ni bonheur ni malheur, ces deux derniers restant mystérieux, indéfinissables.

 

 

 

 

Exemple : dans votre texte apparaîtront dans l'ordre : indéfinissable, mystérieux, derniers, deux , etc ....

 

DEPOSER VOS ECRITS DANS LA RUBRIQUE " COMMENTER " .....

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Indéfinissables et mystérieux les feux restant étaient les derniers , deux foyers pour signaler le malheur ou le bonheur. Nous marchions vers eux, à petit pas, comme pour un baptême, un mariage, ou selon, un enterrement .
Des pies criardes, par groupes de quatre survolaient le pré.
Sur le feu du malheur.
D'autres par trois dansaient sur le feu du bonheur. Un feu vif.
Un couple enfin voletait au dessus de nos têtes.
Mais malheur !Une pie solitaire se brûla les ailes et notre chemin traversa pour nous barrer l’accès.
Une pythie si petite, pie fluette,c'est toi qui nous fait si peur ?
Répondre
M
Indéfinissables, ces lieux aux confins du confinement. Mystérieux ce temps où le temps s'écoule trop lentement pour ceux pressés de sortir au grand air, de sortir de leur minuscule enfer restant dans leurs appartements. Mystérieux ce temps où le temps s'écoule trop vite pour ceux qui ces derniers jours ont senti monter l'angoisse de se retrouver dans les transports masque à masque avec les autres passagers, au travail dans des locaux exigus sans pouvoir ouvrir les fenêtres, prisonniers de l'air conditionné. Deux sensations différentes où le malheur et le bonheur sont des horizons incertains. Le virus n'est pas mort, après le baptême du coronavirus sars-cov2 ce sera le mariage avec la peur du COVID19. J'espère que pour les uns et les autres ce ne sera pas l'enterrement de la joie de vivre en queues de pie. Cinq minutes de baptême et pie le mariage et pie 3 bonheurs ajoutés et pie deux malheurs retirés et pie le chemin qui traverse la vie. La pythie l'avait dit : la petite vie confinée aura une fin. Et pie c'est demain, une nouvelle aventure...
Répondre
H
Indéfinissables,mystérieux ces deux derniers qui n'ont pas

cotoyé le malheur et ne connaissent que le bonheur

ayant assisté à un mariage se rendent maintenant à un

enterrement. Quel enterrement ?celui de cinq pies?quatre pies?

peut-etre trois? ou bien deux car voici que traverse le chemin

cette petite pythie cette petite pie esseulée venant à leur rencontre .
Répondre
C
Une pie, deux pies….

Un indéfinissable sentiment m’envahit après ce rêve mystérieux. Rêve ou cauchemar ? Malheur ou bonheur ?
Le baptême est imposé à la naissance. La mort ne se choisit pas.
L’éducation religieuse impose, plus comme une coutume qu’autre chose à ce que j’ en ai ressenti, le catéchisme.
Mais un couple qui se défait en ignorant les bonnes consignes et abandonnant ses enfants, c’est directement un enterrement !
Ce sont les cinq pies de mon rêve (ou cauchemar).
Mais y en avait-il cinq ou quatre ? Auquel cas j’aurais vu mon baptême. Ca m’étonne….
Trois pies ? Alors c’était le mariage raté de mes parents (cauchemar).
Deux pies m’auraient-elles annoncé le bonheur ? C’est un beau rêve donc.
Une seule pie prophétesse qui m’aurait montré le chemin, le chemin du réveil, de la vie,. Oui, c’est bien ça. Je suis éveillée. Il fait soleil !
Répondre
L
Ces sensations indéfinissables,
rongent sans cesse mon coeur si vulnérable.
Et affaibli par ce mal mystérieux,
je tombe en ruines, m'évanouis dans les cieux.

Je disparais pour mon plus grand malheur,
et ais-je vraiment connu le bonheur?
Où sont mes pêchers, mes secrets mes tords,
qui m'ont lentement conduit à la mort?

Arrivé sur terre, ce fut mon baptême,
dans notre civilisation chrétienne.
Après quand sonna l'heure du mariage
tout était logique, c'était l'héritage!

Et ne voulant pas causer de tourment
j'attend patiemment mon enterrement.
C'est sans doute du ciel que viendra la joie
c'est çà qu'il faut croire, sinon quel effroi!!!
Répondre
C
ce n'est pas la consigne, mais j'avais commencé à rédiger ce texte...
2020, une belle année

On s’était dit
Bonne Année, Bonne Santé
Comme tous les ans
J’avais adressé des vœux personnalisés
Par courrier et par mail
J’en avais reçu en retour.

Comme tous les ans
J’y croyais
Et je n’y croyais plus
Je croyais surtout à cette occasion
Qui m’était donnée
De garder le lien
Au moins une fois par an
Et pour certains
La carte postale des vacances
en plus.

Comme tous les ans
Janvier était passé
Et on avait constaté jour après jour que rien n’était pareil
C’était sûr, on allait le payer
Ce temps trop beau, trop chaud
Cet hiver si doux ce n’était
pas normal
Mais je ne voulais pas y penser
Je pensais différemment
Je faisais le lien
Avec toutes ces années
Ces dizaines d’années, ces siècles
D’un temps
Qui n’avait jamais été le même

J’avais entendu les jours de grande pollution sur la capitale
La circulation des véhicules
pairs ou impairs
J’avais suivi aux informations
Les vols interdits
Pour cause de volcan
Les reportages à Pompéï
sur les nouvelles découvertes
en rappelaient une réalité

quand j’avais entendu ce docteur chinois
touché par un virus…
qui avait donné l’alerte…
qui n’avait pas été écouté…
qu’on avait empêché de parler…
qui en était mort
je n’avais pas réagi
je n’avais vraiment pas réagi
même quand petit à petit
le nombre des personnes contaminées
avait augmenté
j’avais salué l’accueil en quarantaine de ces groupes
revenant de là-bas

cela faisait penser à la guerre
que les plus anciens avaient connue
cela faisait peu à peu
penser à la peste
les morts en quantité
des villages qui disparaissaient
dont je retrouvais des ruines
dans les bois

et puis cela s’était amplifié, rapproché…
cela devenait vraiment inquiétant
les gestes de précaution
je commençais à les avoir
avant qu’ils nous soient édictés

le confinement
je commençais à l’appliquer
se protéger
me protéger
protéger les autres
éviter la contamination

se barricader
ne plus se saluer
ne plus aller au travail
faire l’école à la maison
puisque l’enfer
c’était les autres

c’est sûr
on ne serait plus jamais comme avant
le monde avait changé
les humains avaient changé
le capitalisme enfin
montrait des signes de faiblesse…
mais c’était sans compter que comme d’habitude
il n’avait fallu que quelques jours pour que chacun reprenne ses marques
que le commerce reprenne
enfin,
que les grandes surfaces
nous ouvrent leurs portes

tout avait changé
mais rien n’avait changé
les solutions pour les riches
la faim, la fin pour les autres




















En souhaitant encore me tromper…

Christine
Mai 2020
Répondre
R
Si "indéfinissable" et "mystérieux" sont des termes qui s'appliquent à bonheur et malheur, que dire des évènements qui scandent une vie : mort, baptême, mariage ? Il s'avère que l'enterrement s'oppose au baptême et au mariage, qui eux apparaissent comme sources de vie. Et le présage que représente(nt) une ou plusieurs pies croisées sur le chemin n'y peut rien changer.
Répondre