Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ECRITURE CREATIVE - MEDITATION PLEINE CONSCIENCE

Proposition n°18 Le langage du ventriloque

Les ventriloques évitent d’employer les consonnes labiales et

s'interdisent l’emploi de certains sons.

Ceci n’est pas tout à fait un lipogramme (où l’on s’interdit une ou
plusieurs lettres), mais un "lipophone" sans les sons b, f, m, p, v : ceux
qui font bouger les lèvres.

 

En phonétique articulatoire, une consonne labiale désigne une consonne articulée à l'aide des lèvres ; sont ainsi articulées les consonnes dont le lieu d'articulation est bilabial ou labio-dental.

 

Les consonnes labiales suivantes existent en français :

  • [p] de « pas » ou « appel »,
  • [b] de « bonbon » ou « hibou »,
  • [m] de « ma » ou « amas »,
  • [f] de « fa » ou « affaire »,
  • [v] de « vit » ou « avis ».

 

***

 

 

 

Essayez de prononcer ce texte à voix haute et vous verrez qu'il peut se dire  sans bouger la bouche et sans  desserrer les dents !!

 

La nuit.... Quand il y a les lanternes, il n’y a que leur lueur qui a du sens. La lueur est une addiction.

Ce soir, regardez, le ciel a chassé tous ses nuages en cadeau ! Il a accroché en haut du caisson ses clous d’acier et sa lune élégante, en arrondi d’ongle soigné.

Si l’on s’y gèle, c’est sûr, on se console en inhalations, on s’aère, c’est les congés et le stalag des congés !

Il n’y a là nul océan, c’est certain, adoncques le ciel n’est hideux en tant qu’icône de l’éternité.

On ne s’attendait guère à des congés si tôt, ni si longs !

Regardez cette étoile, je la considère, tu la considères, oui : en réalité elle n’existe déjà, toute lueur d’étoile est décédée quand elle nous rejoint.

***

Recette ventriloque

Incisez dans la longueur
de rouges cornues des Andes
généreuses et charnues
retirez-en la calotte
et creusez-la au couteau
gardez la chair de côté
chargez de chair à saucisse
et d’oignons taillés en dés
ajoutez du thym, du sel,
et des graines exotiques
ainsi que la chair
allongez sur lit de riz
additionné d’huile et d’eau
à cent-soixante-dix degrés
durant dix-huit-cent secondes

***

 

 

Je vous propose d'écrire un texte, ou quelques phrases ventriloques, c'est à dire sans les sons b, f, m, p, v :

ceux qui font bouger les lèvres.

Déposez vos textes dans la rubrique '" COMMENTER " !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Un tour dans le jardin,au lever est la routine quotidienne.Attaquer la journée ainsi c'est se charger en sérénité.Découvrir le dernier chaton, le dernier oeil sur la tige du seringa,s'étonner en distinguant le rejet de l'extraordinaire acanthe au milieu des sauges , admirer ces roses odorantes aux parfums sucrés et aux couleurs d'antan.Que de sensations!!Constater quelle hauteur atteint la glycine qui tel un athlète essaie de détrôner les autres concurents .C'est un jeu .Attention à garder le réséda qui s'est généreusement glissé entre la rocaille mais qui par sa délicatesse reste attrayant .
Une ronde autour du jardin c'est aussi un instant de réflexion sur l'après .
Une chose est certaine la découverte du jardin aura lieu car chaque jour est un jour nouveau
Répondre
M
Irons nous un jour danser aux champs ?
Ourler le ciel des notes de nos chants .
Quelle route dessiner si ce n'est la tienne ?
Donne tes doigts longs aux glaces du nord
Tes regards égarés au hasard des déserts,
Saouls de la rosée du jour qui s' endort,
Noyés de joie, nourris du sang de la réalité,
Ici, là.
Je suis lié à toi, d' hier à aujourd'hui.
Ici bas.
Dans le chaos des choses nous chanterons une chanson,
Nous en donnerons les notes au ciel .
Répondre
M
La couleur ocre des noyers tranche sur les couleurs des chênes, châtaigniers, acacias, pins et autres représentants de la nature à cette excellente saison. Derrière les carreaux ou errant sur les sentiers aux heures autorisées, le regard glisse d'un lieu à l'autre. Il engrange les sensations issues de cette richesse de nuances. Cette saison extraordinaire neutralise la disette de ce temps de réclusion hygiénique sans dire hygiéniste. Le retour à la terre, à la nature est salutaire. Il est essentiel et nécessaire à la solidité de l'esprit. Visualisons notre claustration aux temps gris et glacés... En dernier lieu la chance nous sourit alors que cette tragédie gâche nos existences. Saluons cette jolie saison en ces lieux retirés ! Songeons aux citadins reclus dans leurs logis exigus!
Répondre
M
Pan sur le bec ! Un "p" s'est imiscé à la 2ème ligne. Représentant de la nature. Je modifie par "et autres délégués de la nature à cette excellente saison. "
R
J ai lu ce texte avec le sourire, et sans b, f, m, p, v, un autre sourire à Ascale et Architexte qui nous distraient dans cette longue étendue de temps disponible
C
La newsletter

Une newsletter nous renseigne, nous annonce son lot de sons, de textes à lire, originaux, distrayants et en surcroît, de la « zénitude ». C’est l’idée géniale que son association a eue : un atelier écriture et ses contraintes pour rédiger le texte….. Cela suit un souhait d’échanges intelligents, sincères, non cachés, destinés généreusement à nous distraire, nous entretenir les neurones, déguiser l’angoisse, l’atténuer grâce à un outil génial et une connexion souhaitée. Des textes créés par…. On entend les sons as-cale en disant son nom. On lui en a une grande reconnaissance.
Répondre
M
Si toi aussi tu quiffes le lait, les cerises et les saucisses alors nous serons heureux sur la lune.Nous quitterons cette étoile pour une autre éternité.
Sous les lanternes nous seront débarrassés de la haine qui nous tue lentement.
Sous d'autres cieux nous seront tels des hiboux dans la nuit.....
Répondre
L
Caché dans la cuisine, je hèle en souriant les gens dans la rue, certes sans les regarder ou en les regardant du coin des yeux: Salut toi, l'idiot du coin qui a l'air si neuneu avec ton sac de courses à tes côtés!s
A tous les coups, les concernés se retournent, regardent dans la direction où je suis et ne constatant rien du tout, oscillent leurs têtes un instant (assez long) et décident de continuer leur route en se disant qu'ils ont sans doute croisé un cinglé!
J'adore çà, c'est hilarant! Y en a aucun qui croit à coup sûr que c'est le gonze de la cuisine qui est à l'origine de la situation.
Répondre