Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ECRITURE CREATIVE - MEDITATION PLEINE CONSCIENCE

Proposition d'écriture N° 17 A la manière d'Apollinaire

 

Poèmes à Lou , d'abord intitulé Ombre de mon Amour, est un recueil de poèmes posthume de Guillaume Apollinaire, dédié à Louise de Coligny-Châtillon. Le poète et sa muse se rencontrent en 1914, au moment de la mobilisation pour la guerre. Les poèmes sont publiés dans l'ordre chronologique et témoignent autant de l'amour intense que de l'expérience du poète-combattant lors de la Première Guerre mondiale. Les poèmes sont écrits au dos des lettres que le poète envoyait à Lou, qui ont été réunies dans un recueil séparé intitulé Lettres à Lou 

*

IL Y A des petits ponts épatants
Il y a mon cœur qui bat pour toi
Il y a une femme triste sur la route
Il y a un beau petit cottage dans un jardin
Il y a six soldats qui s'amusent comme des fous
Il y a mes yeux qui cherchent ton image

 

Il y a un petit bois charmant sur la colline
Et un vieux territorial pisse quand nous passons
Il y a un poète qui rêve au Ptit Lou
Il y a un Ptit Lou exquis dans ce grand Paris
Il y a une batterie dans une forêt
Il y a un berger qui paît ses moutons
Il y a ma vie qui t'appartient

*
Il y a mon porte-plume réservoir qui court qui court
Il y a un rideau de peupliers délicat délicat
Il y a toute ma vie passée qui est bien passée
Il y a des rues étroites à Menton où nous nous sommes aimés
Il y a une petite fille de Sospel qui fouette ses camarades
Il y a mon fouet de conducteur dans mon sac à avoine
Il y a des wagons belges sur la voie
Il y a mon amour
Il y a toute la vie

*

Je vous propose d'emboîter le pas de Guillaume Apollinaire et de rédiger, avec vos propres mots un texte dont les phrases commenceraient par  :

" Il y a "


Laissez aller votre imagination, votre créativité, vos idées, votre plume .....

Déposez  vos textes dans la rubrique " COMMENTER " !

***

 

Voici un calligramme, dessiné par G. Apollinaire

 

Reconnais-toi 

Cette adorable personne c'est toi

 Sous le grand chapeau canotier 

Oeil

 Nez

 La bouche

 Voici l'ovale de ta figure

 Ton cou exquis 

Voici enfin l'imparfaite image de ton buste adoré vu comme à travers un nuage

 Un peu plus bas c'est ton coeur qui bat.

Guillaume Apollinaire, extrait du poème du 9 février 1915, (poèmes à Lou).

 

***

 

 

 

Voici comme promis le " vrai " texte de Belinda Cannone

( Nuages de mots, Proposition N° 16 )

La nouveauté vient de ce que si, auparavant, il fallait parfois conjurer un désastre initial, historique ou personnel , pour rendre le bonheur possible, à présent le désastre est une éventualité à venir. Notre effort ne consiste plus à nous arracher au passé mais à composer avec avec les données d'un présent inquiétant.

( ... )

 

Dans ce risque d'enténèbrement, il faut persiste a évoquer l'émerveillement , car l'idée du bonheur ici et maintenant, le respect de chaque vie précaire, précieuse et susceptible d'accueillir les plaisirs, ceux ci n'étant pas moins dignes que le travail et l'effort, sont précisément la marque d'une philosophie générale de l'existence qui distingue le monde que nous défendons.

( ... )

 Parfois le silence règne, nous sommes paisibles et concentrés, la lumière est belle et notre regard vigilant : alors l’émerveillement nous saisit. D’où vient ce sentiment fugitif ? Il ne résulte pas forcément de la nature grandiose de la situation ou du spectacle. ...

Extraits de " S'émerveiller " B. Cannone. 2017

S'émerveiller - Belinda Cannone

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Il y a le soleil qui joue à cache cache
Il y a le silence qui chante
Il y a l'herbe fraichement coupée
Il y a les oiseaux qui font la fête
Il y a la nature vêtue de vert
Il y a les fleurs qui s'épanouissent
Il y a Les insectes qui bruissent
Il y a ces instants d'incertitude
Il y a le temps des illusions
et celui où elles s'envolent
Répondre
M
Il y a plusieurs façons de voir les choses
Je vais y réfléchir
Il y a la thèse et l’antithèse
Il y a la foutaise
Il y a un banc vert avec un chien dessus
Sens dessus dessous
Il y a un chat dans mon fauteuil
Il dort
Il y a des façons de faire
Il y a des idées à exploiter
De toutes façons je n'ai pas d'idée
Il y a du jaune du rouge et du vert
Beaucoup de vert
Il y a des verres pleins
Il y en a des vides aussi
Des vides des pleins et des déliés
Pieds et poings liés
Il y a ce que je sais
Il y a ce que je ne sais pas
Il y a ce que je veux
Et ce que je ne veux pas
Il y a encore tant de cases vides
Et tout ce temps passé
Et celui à venir
Avenir ...
Répondre
C
IL Y A

Il y a les grillons qui chantent cette nuit
Il y a la grille qui grince d’ennui

Il y a la Dordogne gironde qui s’étonne
Il y a les pêcheurs empêchés qui s’endorment

Il y a des promeneurs plein les chemins
Il y a les routes silencieuses enfin

Il y a l’herbe qui danse un menuet
Il y a le 1er mai qui brandit son muguet

Il y a tempête et toitures qui fuient
Il y a toi qui suit tes sentiments

Christine
25 avril 2020
Répondre
C
Il y a toi…. Qui t’en vas


Il y a ce printemps qui fleurit
Il y a toi qui t’en vas

Il y a toi, notre ami si bon et si sincère
Il y a la vie, ses tourments, ses misères
Il y a toi si simple et toujours là

Il y a le soleil que se lève
Il y a toi qui t’en vas

Il y a toi, qui voulais tes amis réunis
Il y a ce virus qui nous en punit
Il y a cette solitude que tu détestes
Il y a ce douloureux éloignement

Il y a ton corps qui te fait mal
Il y a ce que tu ne voulais pas
Il y a ce médecin qui s’acharne
Il y a tes yeux seuls à lui dire ta colère
Il y a cet acharnement que tu ne voulais pas
Il y a ce médecin qui s’acharne

Il y a toi athée complètement
Il y a toi qui voulais décider de ta mort
Il y a toi sûr d’un après sans futur
Il y a ce médecin catho qui s’acharne
Il y a toi qui voulais décider de ta mort
Il y a nous en colère avec toi
Il y a nous qui te voulons soulagé
Il y a ce médecin qui s’acharne

Il y a nous, on est là
Il y a nous si près de toi réunis
Il y a toi qui l’aurais voulu
Il y a nous qui aurions trinqué
Il y a ce moment où on l’aurait fait encore
Il y a ce moment où on l’aurait fait, comme d’habitude
Il y a ce moment où on aurait été là

Il y a toi qui t’en vas

Il y a cette île que tu aimais tant
Il y a nous avec toi sur cette île
Il y a les vagues inlassablement
Il y a les huîtres et le bon vin
Il y a cette paralysie mondiale
Il y a celle de ton corps
Il y a nous si loin de toi
Il y a les vagues sur l’île inlassablement

Il y a toi qui t’en vas

Il y a toi si juste et impartial
Il y a toi qu’on aimait tant
Il y a toi prêt à défendre tes amis
Il y a toi si simple et généreux
Il y a toi, compréhensif et à l’écoute
Il y a toi et il y aura un grand manque

Il y a toi qui nous voulais là
Il y a ce SMS où tu nous dis adieu
Il y a toi, on aurait bu un coup, le dernier
Il y a qu’on aurait été ensemble, comme à l’habitude….

Il y a toi qui t’en vas
Il y a les vagues inlassablement
Il y a la fête qu’on ne fera plus
Il y a la fête que tu aimais tant
Il y a les vagues inlassablement
Il y a le jour qui se lève éternellement
Il y a toi qui t’en vas
Répondre
L
Merci Chantal pour ce texte si beau et si émouvant
L
Il y a mon corps qui cherche tes mains,
Il y a mon regard qui ne trouve pas le tien,
Il y a cette douleur au fond de mes poumons.
Il y a l'accélération de ma respiration,
Il y a ta voix qui crie et que je ne comprend pas.
Il y a cette sirène, l'ambulance est là.
Il y a cette civière sur laquelle on me porte.
Il y a ces vibration pendant qu'on me transporte.
Il y a ce masque qu'on plaque sur ma bouche.
Il y a ce bien être, voler comme les mouches.
Il y a cette seringue enfoncée dans mon bras
Puis rien, il y avait moi
Répondre