Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ECRITURE CREATIVE - MEDITATION PLEINE CONSCIENCE

Proposition n° 5 LA CONTRAINTE DU PRISONNIER

 

 

                               LA CONTRAINTE DU PRISONNIER

Imaginez que vous êtes prisonnier et que vous n’avez pas beaucoup de papier pour écrire. Vous allez être amenés à n’utiliser que les lettres qui demandent le moins d’espace, celles qui ne dépassent ni au-dessus, ni en dessous de la ligne d’écriture. Pas de b, par exemple, pas de p non plus. Les seules consonnes utilisables sont donc c, m, n, r, s, v, w, x et z. Les voyelles sont toutes permises…

Toutes ? Non , le y est proscrit. Restent a, e, i, o, u. Acceptons les accents. Evidemment, pas de majuscule !

Le sujet : écrivez un message à une personne proche pour lui faire part de vos conditions de vie, en ce moment ....

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Proposition 5… librement interprétée
Vœux de souvenirs rieurs à venir…
Viens sur mon mur avec mes amis,
Voir ces oiseaux au cou camaïeu sur une rivière marine,
Voir ces canes sur une mare en eau sans miasmes,
Voir ces souris, ces ours mariés ou non,
Ces caïmans ou ces morues amerris ici
Ma sœur, viens aussi
Viens rire aux airs du saxo sans souci ;
Ma caméra saura s’en souvenir
Comme une commère enrouée, ou en mieux:
Nous serons comme six oiseaux sur un mur…
Christine
17 avril 2020
Répondre
C
vœux de souvenirs rieurs à venir

viens sur mon mur
avec nos amis

voir ces oiseaux au cou camaïeu
sur un ruisseau aéré avec soin,
voir ces canes
comme moroses
sur une mare en eau sans miasmes,

viens voir ces souris, ces ours marris
-nouveaux nounours -
ou ces caïmans, ces morues amerris ici
unis comme des veaux de mer
sur une rive vaseuse évasée

ma sœur viens aussi !
viens rire aux airs de saxo

nous serons ainsi
au moins
six oiseaux sur un mur:
ma caméra
comme une commère
saura s’en souvenir,

souris !

Christine
1er avril 2020
Répondre
L
ma csérie azorée,
nes moliciers m'on* envoïé au caczo*, *ou* çà marszue n'avais czouré nes s*ocms zes nrozui*s ze mremière necessi*é au sumer marczé; et ins ne m'on* naissé cu'un me*i* morceau de mamier wc mour *'écrire. c'es* mourzuoi in va *e vanoir *razuire ce messaze mour commrenzre ce zue n'ais à *e zire. sanomerie ze coronavirus zui nous ovnizen* à res*er convinés.
emvrasse nes envan*s e* mrenz vien soin ze *oi, mon amour.
Répondre
M
Manou, survis, rêve à nous, voisins mauvais, vacarme, carcasses énervées, réunions cassées,
accro
Répondre
P
Mon Amour,
comme un son, une vie sans crasse, sans cris, sans souris raisonne en moi comme un vieux souvenir.
ici se serre mon cœur.
Même si, voir un oiseau, un sourire, une rue aux environs ou même si, un rire nécessaire à ma survie à su nourrir mon âme, me savoir encavé, émacié, comme un accessoire en ces mains acérées, sans aucun accès, a vaincu ma vie sans vaincre mon cœur sans vaincre mon amour.
Répondre
M
Minou rêve
Miaou, miaou …
Une rivière vive, sans commune mesure, une rivière à souris vivaces, un vrai rêve, énormes, riveraines,servies ; moi même en ce rêve marmonne, ronronne mon envie .
Une vrai ruée, souris communes ou rares ,une nuée si enviée meure en moi.
Minou rassasié , rassuré, rasséréné , Minou ronronne encore . Rrrrrr … Rrrrrr .
Emmène moi ma mère , mène moi en amour !
Encore ici mon âme se meure.
Une caresse, une main nourricière …
Minou rêve .
Répondre
M
amies, amis,
sans virus nous menons une vie sereine en connexion numérisée ou nous errons, air sain aux environs. Mon œuvre comme ouvrière assurée, exercices mesurés, concours commun à une œuvre massive ; un amusement nécessaire nourrit ma vie.
Nous visons sacrée vie à vous.
Conservons nos connexions amies.
À vite.
Maïvon
Répondre
M
Bonjour Pascale, au plaisir de se revoir amitiés à tous.
Voici mon texte :
mon coeur se remémore aux souvenirs communs sur ces vacances en mai, ainsi ma vie sera sans rancoeur en murmures avec ces murs sans âme.
Répondre
C
incarcéré

ces euros omis, un accroc inouï à ma vie, m’a amené en une carrée noire, aux murs nus, sans savon, sans réseau, sans âme, aucun ami
aucune vue ruine mon cerveau.
mon voisin, avec ses cernes, ses mains osseuses vissées à ses sms vains n’anime en rien nos vies
on manie ici un air vicié. sans cesse me meus en un sens, encore en un sens inverse, mains serrées.
sms, émissions mais aucune âme, aucune mère, aucun ami au coin pour causer
six ans ici avec ce coronavirus survenu où rêver ne mène à rien sinon créer une vision émoussée, mon évasion sur un océan
Répondre
A
mère, rassurez-vous, rassurons-nous. semaines sévères, virus, soucis, oui mais occurrence inouïe aussi. souverains en nos murs, même si concis, nous sommes encore vivaces. ainsi, neuve manie : nous avons à sourire à ceci, une vie, avec en mémoire : nos aînés, nos voisins, nos amis – aimons-nous avec conscience.
Répondre
E
amène ceux sans vis , ouvre à ceux sans âmes
on verra a nouveau un sourire sur se minoi sans armes.
Répondre
E
amène ce sans vie , ouvre à ce sans âme ,
on vera surement à nouveau un sourire sur ce minoi non sans armes
Rouilla
Répondre